Anthropologie

A partir d'une pensée apparemment paradoxale d'Aristote affirmant que l'homme serait "celui des animaux qui est le plus conforme à la nature", Fabrice Hadjadj explore les multiples questions philosophiques sous-jacentes en rapport avec les enjeux du projet technoscientifique moderne. Conférence Philanthropos dans le cadre du Séminaire de recherche: forme animale et forme humaine - autour de la pensée du zoologiste suisse Adolf Portmann (1897-1982), dont les écrits marquèrent des auteurs tels que Hans Jonas, Karl Jaspers, Hannah Arendt ou Maurice Merleau-Ponty. Durée 1 heure 14 minutes. Niveau universitaire. Photo Giovanni Dall'Orto.
Lire la suite

Soirée Cèdres Réflexion du 28 novembre 2016 avec la participation du prof. Jacques Dubochet, physicien et biologiste, professeur honoraire à la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne, du Père Thierry Magnin, Recteur de l'Université catholique de Lyon, Jacques Besson, médecin-psychiatre et Gilles Bourquin, théologien et co-rédacteur en chef du journal Réformés, mensuel des Eglises réformées suisses romandes. Avec une introduction par Jean-François Habermacher, président de l'Association Cèdres Réflexion."La question est alors la suivante : pour comprendre la portée de la religion, peut-on s’en tenir aux seuls aspects de l’évolution biologique du vivant ? Car la religion, la « substance » religieuse est aussi liée à l’histoire, à la culture, au contexte social, à l’environnement, à l’éducation, à l’expérience personnelle. Pour « faire une religion », il ne faut pas seulement des relais, des supports matériels et psychiques, mais il faut un monde… (Jacques Besson).Dès lors, comment ces différentes approches peuvent-elles dialoguer ? Faut-il naturaliser le « monde des humains » ou, au contraire, défendre une « irréductibilité propre », une « exception humaine » qui tiendrait vraisemblablement davantage de la fiction que de la réalité ? Ou s’en tenir à une position plus modeste, dégagée des formes de « pensée extrême », parce qu’attentive au fait que tout dans la réalité est intrication d’éléments à la fois « naturels » et « construits » ?" (J.-F. Habermacher) Niveau grand public instruit.
Lire la suite

Conférence de Dominique Lambert de l'Université de Namur pour Philanthropos (Association Française d'Etudes Anthropologiques) sur les théories de l'évolution depuis Lamarck, Darwin et Wallace jusqu'à nos jours en passant par les apports de la génétique moléculaire (Mendel, Crick & Watson) et plus récemment de l'épigénétique et de la réflexion sur les contraintes imposées sur les mécanismes évolutifs par les formes et les processus du développement (évo-dévo). Durée 1 heure 22 minutes. Niveau grand public instruit.
Lire la suite

‘Pendant longtemps, les médecins ont considéré que l’hystérie pouvait expliquer ces plaies cutanées. Mais cette thèse a été abandonnée, aucun laboratoire n’étant parvenu à reproduire les stigmates par l’hypnose. La suggestion peut certes produire des rougeurs à l’épiderme, mais pas plus. Cela dit, l’inconscient étant très complexe, cette question du psychique reste à creuser. Quant aux stigmatisés, ils ne sont pas tous hystériques, même s’il est avéré que des personnes déséquilibrées mentalement se sont mutilées pour vivre la Passion du Christ.’ Anne-Laure FILHOL rencontre Patrick SBALCHIERO. Niveau grand public. La Vie, 9 août 2012.
Lire la suite

La guérison, d’apparence particulière, que l’on appelle communément en thérapeutique du nom de miracle, est, on peut le démontrer, dans la majorité des cas, un phénomène naturel qui s’est produit de tous temps, au milieu des civilisations et des religions les plus variées, en apparence les plus dissemblables, de même qu’actuellement on l’observe sous toutes les latitudes.
Lire la suite

Les travaux d’Olivier Rey, philosophe des sciences et chercheur au CNRS sont très bien reçus dans les milieux prônant la « sobriété heureuse » et la « décroissance ». Sa connaissance de la pensée moderne et des représentations de la nature qu’elle a conjurées l’amènent à émettre un jugement sans concession sur les situations de crises actuelles que notre monde traverse, précédent, et faisant écho à la critique du paradigme technocratique du Pape François dans son encyclique Laudato si’. La décroissance à laquelle Olivier Rey appelle nos sociétés moderne n’est pas un simpliste retour en arrière, mais l’art de trouver la mesure de l’échelle humaine dans l’intégration lucide des limites de la planète, des ressources naturelles, mais aussi de la finitude de notre commune humanité (Une question de taille, Paris, Stock, 2014). Le Centre de Recherche en Entreprenariat Social, la Chaire Jean Bastaire pour une vision chrétienne de l’écologie intégrale, les associations « Chrétiens et Pic de Pétrole » et « Les Alternatives Catholiques » s’associent pour mettre en valeur et interroger la perspective d’Olivier Rey dans l’esprit de l’écologie intégrale. Interventions d'Olivier Rey, Fabien Revol, Emmanuel Gabellieri, Henri Pérouze, Paul Colrat et Emmanuel d'Hombres. Vidéos enregistrées le 19 janvier 2017 à l'Université Catholique de Lyon. Niveau universitaire.
Lire la suite

Deux nouvelles vidéos du Père Joseph-Marie Verlinde dans le cadre du Cycle Bêta de la Famille St Joseph au sujet des états modifiés de conscience et des concepts tels que la "nourriture pranique" et d'autres techniques censées capter l'"énergie astrale" dont l'existence est affirmée par les religions orientales. Vidéos enregistrées le 15 janvier 2017. Niveau grand public instruit.
Lire la suite

Traduction française par Franck Lemonde de la quatrième conférence Gifford « Facing Gaia-Six Lectures on the Political Theology of Gaia » prononcé en Février 2013, à Edimbourg pour un livre sous la direction de Emilie Hache: De l'univers clos au monde infini, éditions Dehors, Paris, p.27-54. Niveau universitaire.
Lire la suite

Les travaux d'Olivier Rey, philosophe des sciences et chercheur au CNRS sont très bien reçus dans les milieux prônant la "sobriété heureuse" et la "décroissance". Sa connaissance de la pensée moderne et des représentations de la nature qu'elle a conjurées l'amènent à émettre un jugement sans concession sur les situations de crises actuelles que notre monde traverse, précédant, et faisant écho à la critique du paradigme technocratique du Pape François dans son encyclique Laudato si'. La décroissance à laquelle Olivier Rey appelle nos sociétés n'est pas un simpliste retour en arrière, mais l'art de trouver la mesure de l'échelle humaine dans l'intégration lucide des limites de la planète, des ressources naturelles, mais aussi de la finitude de notre commune humanité (Une question de taille, Paris, Stock, 2014).Université Catholique de Lyon, Campus Carnot, jeudi 19 janvier 2017, 09h00 à 17h00
Lire la suite

Dans la cadre du cycle de conférence "La réception de l’encyclique Laudato si’ dans la militance écologique", la Chaire Jean Bastaire et l'association Chrétiens et pic de pétrole accueillent Florence Leray, professeur de philosophie, journaliste spécialisée dans les questions écologiques et Rédactrice en chef du Bulletin de l’Institut métapsychique international (IMI). Florence Leray, qui a vécu au Mexique avec les Indiens Lacandon, s’intéresse particulièrement à la manière dont les peuples premiers peuvent nous inspirer pour repenser notre rapport au monde. Dans l’encyclique Laudato si’, le pape François lui-même fait référence aux communautés aborigènes qui considèrent la Terre non pas comme un « bien économique », mais comme un « espace sacré » avec lequel nous interagissons. À la lumière de Martin Heidegger et de Philippe Descola, Florence Leray propose de repenser la question des limites et le clivage entre l’homme et la nature. Par-delà l’heuristique de la peur, est-il possible aujourd’hui de concevoir une pensée du lien, plus propice à susciter l’enthousiasme? Conférence donnée le 29 novembre 2016 à l'Université Catholique de Lyon. Durée 45 minutes avec une introduction par Fabien Revol et une réponse par le Frère dominicain Christophe Boureux. Niveau grand public instruit.
Lire la suite

Directeur scientifique de SciencesPo depuis 2007, l'anthropologue et philosophe des sciences Bruno Latour offre une lecture très personnelle et provocante de la relation entre le christianisme, le Ciel et la Terre à la lumière de l''eschatologie écologique". Dans Jacques-Noël Pérès (dir.), L'avenir de la Terre: un défi pour les Eglises, Paris, Desclée de Brouwer, p. 51-72, 2010. Texte donné comme conférence inaugurale du colloque Eschatologie et Morale, 13 mars 2008 à l’Institut Catholique de Paris. Niveau universitaire.
Lire la suite