Philosophie

Est-ce que tout dans la biologie peut être réduit à l'analyse de fonctions organiques motivées par l'auto-conservation? C'est ce que demande le zoologiste bâlois Adolf Portmann (1897-1982), auteur de l'ouvrage La forme animale, selon la lecture de son traducteur, le philosophe belge Jacques Dewitte, qui fait référence à son concept d'"auto-présentation" (Selbstdarstellung) dans le monde animal comme point de départ potentiel pour une philosophie non-utilitaire du vivant. Sciencesetreligions présente quelques travaux de Jacques Dewitte sur la pensée de Portmann. Niveau universitaire.
Lire la suite

A partir d'une pensée apparemment paradoxale d'Aristote affirmant que l'homme serait "celui des animaux qui est le plus conforme à la nature", Fabrice Hadjadj explore les multiples questions philosophiques sous-jacentes en rapport avec les enjeux du projet technoscientifique moderne. Conférence Philanthropos dans le cadre du Séminaire de recherche: forme animale et forme humaine - autour de la pensée du zoologiste suisse Adolf Portmann (1897-1982), dont les écrits marquèrent des auteurs tels que Hans Jonas, Karl Jaspers, Hannah Arendt ou Maurice Merleau-Ponty. Durée 1 heure 14 minutes. Niveau universitaire. Photo Giovanni Dall'Orto.
Lire la suite

Objets connectés, exosquelettes, cyberprothèses, robots de compagnie... Le Professeur Dominique Lambert, spécialiste des questions liées à l'intelligence artificielle et aux nouvelles technologies, consulteur du Conseil Pontifical pour la Culture, donne son analyse personnelle de l'utopie de la mouvance transhumaniste. Est-ce que dans le transhumanisme et la notion de "l'homme augmenté" il y aurait malgré tout quelque chose d'intéressant à récupérer qui - même exprimé de manière inadéquate - pourrait nous éclairer sur l'avenir de l'homme sur fond de pessimisme ambiant? Et si oui, à quelle conditions? Est-ce le danger potentiel du monde numérique viendrait plutôt du côté de nous-mêmes que des robots? Quelle relation entre transhumanisme et anthropologie chrétienne? Audio de l'Institut Philanthropos (1 heure 21 minutes), vidéos de l'Université de Namur (16 minutes) et des journées Lexing 2015 (8 minutes). Niveau grand public instruit.
Lire la suite

Dans cet entretien récent réalisé par Estelle Guerven, le philosophe orthodoxe Bertrand Vergely de l'Institut Saint-Serge de Paris présente son analyse des racines profondes des problèmes du monde contemporain telles que les 'maladies de civilisation'. Il aborde notamment l'histoire du projet techno-scientifique occidental, identifiant la Renaissance comme le moment critique où l'on passe de la contemplation du monde à la quête du pouvoir sur le monde par la science et l'analyse rationnelle. Critiquant la fameuse notion d'un univers composé uniquement de 'hasard et nécessité' (Jacques Monod) comme étant fondamentalement incomplète, Vergely cite les travaux de l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan sur le principe anthropique et voit le développement de la physique quantique comme un renversement radical de perspective. L'étude du monde quantique nous amène à changer notre façon de concevoir la relation entre le sujet et l'objet, offrant en quelque sorte une porte de sortie face aux apories du matérialisme scientifique moderne: pour Vergely, 'l'idée qu'on puisse arriver à un espèce de maîtrise objective de la réalité par un sujet tout-puissant est remise en question.' Vidéo de Bebooda. Durée 42 minutes. Niveau grand public instruit.
Lire la suite

Jacques Demaret défend la légitimité des questions philosophiques posées par le principe anthropique.
Lire la suite

Les travaux d’Olivier Rey, philosophe des sciences et chercheur au CNRS sont très bien reçus dans les milieux prônant la « sobriété heureuse » et la « décroissance ». Sa connaissance de la pensée moderne et des représentations de la nature qu’elle a conjurées l’amènent à émettre un jugement sans concession sur les situations de crises actuelles que notre monde traverse, précédent, et faisant écho à la critique du paradigme technocratique du Pape François dans son encyclique Laudato si’. La décroissance à laquelle Olivier Rey appelle nos sociétés moderne n’est pas un simpliste retour en arrière, mais l’art de trouver la mesure de l’échelle humaine dans l’intégration lucide des limites de la planète, des ressources naturelles, mais aussi de la finitude de notre commune humanité (Une question de taille, Paris, Stock, 2014). Le Centre de Recherche en Entreprenariat Social, la Chaire Jean Bastaire pour une vision chrétienne de l’écologie intégrale, les associations « Chrétiens et Pic de Pétrole » et « Les Alternatives Catholiques » s’associent pour mettre en valeur et interroger la perspective d’Olivier Rey dans l’esprit de l’écologie intégrale. Interventions d'Olivier Rey, Fabien Revol, Emmanuel Gabellieri, Henri Pérouze, Paul Colrat et Emmanuel d'Hombres. Vidéos enregistrées le 19 janvier 2017 à l'Université Catholique de Lyon. Niveau universitaire.
Lire la suite

Deux nouvelles vidéos du Père Joseph-Marie Verlinde dans le cadre du Cycle Bêta de la Famille St Joseph au sujet des états modifiés de conscience et des concepts tels que la "nourriture pranique" et d'autres techniques censées capter l'"énergie astrale" dont l'existence est affirmée par les religions orientales. Vidéos enregistrées le 15 janvier 2017. Niveau grand public instruit.
Lire la suite

Thierry Magnin, prêtre et physicien, aujourd'hui recteur de l'Université Catholique de Lyon, tente de synthétiser les acquis de l'image scientifique du monde qui ont un impact sur l'image de Dieu de l'homme contemporain.
Lire la suite

Le prochain colloque du réseau Blaise Pascal « Sciences, Cultures et Foi » aura lieu à l’Enclos Rey (57 rue Violet 75015 PARIS) du samedi 25 mars 2017 à 11h au dimanche 26 à 16h.Il comprendra les conférences de Jean-Michel Maldamé (théologien, Institut Catholique, Toulouse), Benoit Bourgine (théologien, Université Catholique, Louvain), Philippe Deterre (prêtre Mission de France, Centre d’Immunologie et des Maladies Infectieuses, Paris) et Philippe Gagnon (philosophe et théologien, Centre Théologique de Meylan-Grenoble).
Lire la suite

Les ombres de l'esprit, le deuxième ouvrage destiné au grand public du mathématicien Roger Penrose est sans doute l'un des plus audacieux parmi ceux produits par les grands mathématiciens du 20e siècle. Non seulement il affirme que les objets mathématiques existent indépendamment de l'esprit humain mais aussi que la capacité de l'homme à entrer en contact avec le monde des « êtres mathématiques » le rend supérieur à toute intelligence artificielle.
Lire la suite

La mission de remplir la terre et de la dominer, donnée au Sixième Jour, doit aujourd’hui être intégrée dans la perspective plus large de l’hepta-méron – « l’œuvre » en sept jours –, laissant le repos sabbatique assainir notre manière d’être et d’habiter le monde.
Lire la suite

Traduction française par Franck Lemonde de la quatrième conférence Gifford « Facing Gaia-Six Lectures on the Political Theology of Gaia » prononcé en Février 2013, à Edimbourg pour un livre sous la direction de Emilie Hache: De l'univers clos au monde infini, éditions Dehors, Paris, p.27-54. Niveau universitaire.
Lire la suite

Deux conversations avec le philosophe, mathématicien et romancier Olivier Rey autour de son dernier livre "Quand le monde s'est fait nombre" (Stock, octobre 2016) au sujet de l'essor de la statistique et la relation entre science et société. 1. Emission Les Chemins de la Philosophie avec Adèle van Reeth, Diffusion sur France Culture le 18 novembre 2016, durée 53 minutes. 2. Emission Philanthropos "Entre nous soit dit" avec Fabrice Hadjadj, durée 56 minutes. Niveau grand public instruit.
Lire la suite

Le philosophe Jean-Pierre Dupuy, théoricien d'un 'catastrophisme éclairé', revient sur les Evangiles et ses maîtres à penser Ivan Illich et René Girard afin de donner une lecture provocante de la 'contreproductivité' dans le contexte de la crise actuelle du système économique mondial.'[...]Le monde moderne est né sur les décombres des systèmes symboliques traditionnels, en qui il n’a su voir que de l’irrationnel et de l’arbitraire. Dans son entreprise de démystification, il n’a pas compris que ces systèmes impliquaient que des limites soient fixées à la condition humaine, tout en leur donnant sens. En remplaçant le sacré par la raison et la science, il a perdu tout sens des limites et, par là même, c’est le sens qu’il a sacrifié.[...]' Article paru en ligne le 21 octobre 2016 dans Les Influences. Niveau grand public instruit.
Lire la suite