Bruno Latour – “Si tu viens à perdre la Terre, à quoi te sers d’avoir sauvé ton âme?”

Directeur scientifique de SciencesPo depuis 2007, l'anthropologue et philosophe des sciences Bruno Latour offre une lecture très personnelle et provocante de la relation entre le christianisme, le Ciel et la Terre à la lumière de l''eschatologie écologique". Dans Jacques-Noël Pérès (dir.), L'avenir de la Terre: un défi pour les Eglises, Paris, Desclée de Brouwer, p. 51-72, 2010. Texte donné comme conférence inaugurale du colloque Eschatologie et Morale, 13 mars 2008 à l’Institut Catholique de Paris. Niveau universitaire. Cliquez sur le titre de cet article pour lire.

Abstract

‘Je ne crois pas exagérer en disant que ce qui fait l’objet des recherches spéciales de tant de théologiens leur a depuis longtemps échappé ; c’est devenu le souci commun de millions de gens qui ignorent tout de l’étymologie du mot « évangile » ou « apocalypse » et qui ont déserté depuis longtemps les rites des églises. Ce discours sur la fin des temps, on peut dire que, depuis quelques dizaines d’années, il s’est généralisé au grand public. Il n’est personne aujourd’hui qui ne se soucie de la disparition annoncée du monde tel que nous l’avons connu. Et cette annonce de la Fin des Temps ce n’est pas une Bonne nouvelle, un évangile, mais une très mauvaise nouvelle, un contre évangile.’

Télécharger (PDF, 147KB)