Conférence donnée par Denis Alexander (Université de Cambridge) lors de la Quatrième journée annuelle d'études et de rencontre du Réseau des Scientifiques Evangéliques, 21 janvier 2012. En anglais avec traduction française. Denis Alexander présente deux lectures possibles de Genèse ch. 1-3: la première interprète le récit biblique en termes d'une hominisation (et chute) universelle graduelle, tandis que la deuxième («homo divinus») voit l'histoire d'Adam et Eve comme celle début d'une relation spirituelle initiée par Dieu, étant un récit à base historique situé dans le contexte du néolithique au Proche-Orient. Niveau grand public instruit....
Lire la suite


Le point commun de la majorité des approches occidentales de l'animal est de s'enfermer dans l'espace d'un faux dilemme, dans lequel on n'aurait le choix qu'entre deux positions opposées et exactement symétriques: la différence ontologique ou l'assimilation. Pour ceux qui adoptent la première attitude, il existe une différence de nature entre l'homme et l'animal, immédiatement repérable dans la biologie du premier. Pour ceux qui préfèrent l'assimilation, l'homme et l'animal sont superposables. L'animal devient alors un homme de paille, si l'on peut dire. L'humain n'est plus seulement un animal, mais un animal comme les autres. Les deux attitudes s'appuient sur de longues traditions philosophiques qui remontent jusqu'à l'Antiquité.' Dans Etudes N° 3931-2, juillet-août 2000, p. 37-47. Niveau grand public instruit. Texte consultable en ligne....
Lire la suite

'Rappelant le renversement apporté en 1983 par son livre La pensée hiérarchique et l'évolution dans le domaine de l'interprétation du darwinisme, Patrick Tort dresse ici contre le « darwinisme social » que l'on en croyait issu, la vérité, bien différente, de l’anthropologie de Darwin, qui ouvre à la réflexion sur les rapports nature/culture et nature/société des perspectives inédites. Cette vérité demeurée inaperçue (même de Marx et d'Engels) pendant plus d'un siècle, et mettant en scène une sélection qui, tendanciellement, s'auto-élimine au sein des sociétés « civilisées » — est celle de l’effet réversif de l'évolution.’ Niveau universitaire. Entretien avec Georges Guille-Escuret. dans L'Homme, 1988, tome 28, n°105. ‘La fabrication mythique des enfants’. p. 105-123....
Lire la suite

'Le premier Congrès international d'eugénique, tenu à Londres en juillet 1912, fut marqué par l'influence des idées de Darwin, de Galton et de Mendel, des expériences américaines et de l'anthropologie italienne. Mais les eugénistes français sont restés fidèles à la tradition du néo-lamarckisme et de l'hygiénisme social, quand ils ont fondé à Paris, en décembre 1912, la Société française d'eugénique.' Communication présentée à la séance du 19 mars 1983 de la Société française d'histoire de la Médecine....
Lire la suite

Courte explication par le neurophysiologiste Giacomo Rizzolatti (découvreur des neurones miroirs, Département des Neurosciences, Université de Parme) du fonctionnement de ces neurones chez les singes et les implications pour notre compréhension des processus d'apprentissage chez l'être humain. Institut de France, Académie des Sciences, Réception des Associés étrangers élus en 2005, 12 décembre 2006...
Lire la suite

René Girard:'’Devant une matière aussi éparse, diverse et néanmoins répétitive que le religieux, l'attitude scientifique consiste à chercher l'invariant autour duquel les variables viendront s'organiser. [...] Je crois que l'invariant du religieux existe et que, justement, c'est la violence. Dans les sciences de l'homme et de la culture, me dit-on, il n'y a jamais d'invariant au sens strict. Sans doute mais, dans le cas du religieux, un certain type de violence s'en rapproche suffisamment pour mériter un traitement à part.' conférence et discussion lors des Rencontres Internationales de Genève, 1999, introduction Marc FAESSLER, dans Rencontres Internationales de Genève, Tome XXXVII (1999), 'Violences d'aujourd'hui, violence de toujours', p. 11-44....
Lire la suite