Traite du cercle scientifique et historique de Fernand Combrette ; du Centre d’études et de prospective sur la science, et de l’ouvrage Hasard ou dessein de Dieu du cardinal Schönborn, et y relève certaines erreurs et limites. Analyse ensuite le créationnisme musulman, le cas de H. Yahya. Présente ensuite des thèses philosophiques qui servent à étayer la représentation théologique de la création dans le dialogie avec l’Islam. (UCL)...
Lire la suite

Conférence donnée par Denis Alexander (Université de Cambridge) lors de la Quatrième journée annuelle d'études et de rencontre du Réseau des Scientifiques Evangéliques, 21 janvier 2012. En anglais avec traduction française. Denis Alexander présente deux lectures possibles de Genèse ch. 1-3: la première interprète le récit biblique en termes d'une hominisation (et chute) universelle graduelle, tandis que la deuxième («homo divinus») voit l'histoire d'Adam et Eve comme celle début d'une relation spirituelle initiée par Dieu, étant un récit à base historique situé dans le contexte du néolithique au Proche-Orient. Niveau grand public instruit....
Lire la suite


Le point commun de la majorité des approches occidentales de l'animal est de s'enfermer dans l'espace d'un faux dilemme, dans lequel on n'aurait le choix qu'entre deux positions opposées et exactement symétriques: la différence ontologique ou l'assimilation. Pour ceux qui adoptent la première attitude, il existe une différence de nature entre l'homme et l'animal, immédiatement repérable dans la biologie du premier. Pour ceux qui préfèrent l'assimilation, l'homme et l'animal sont superposables. L'animal devient alors un homme de paille, si l'on peut dire. L'humain n'est plus seulement un animal, mais un animal comme les autres. Les deux attitudes s'appuient sur de longues traditions philosophiques qui remontent jusqu'à l'Antiquité.' Dans Etudes N° 3931-2, juillet-août 2000, p. 37-47. Niveau grand public instruit. Texte consultable en ligne....
Lire la suite


Aujourd’hui, l’émergence d’artefacts relationnels modifie substantiellement le rapport que nous pouvons avoir avec les êtres vivants. Si un robot animal peut être, non pas ressemblant à un animal naturel, mais plus ressemblant que lui, que va devenir l’animal ? Et que peut-on faire de tels artefacts animalisés ? Peut-être inventer de nouvelles formes d’irritations et d’hybridités qui transforment radicalement ce que signifie être un humain.' Conférence à l'Ecole de Recherche Graphique, Bruxelles, 3 février 2011. Durée 67 minutes. Niveau grand public....
Lire la suite

Définitions des formes de créationnisme, analyse les rapports du temps et de l’être, ensuite les options métaphysique en présence lorsque vienr le temps de juger de l’apport de la science à la métaphysique. Les 5 axes de la présentation sont : le créationnisme jeune terre ; le créationnisme vieille terre ; les « sciences de la création » ; le dessein intelligent, et la confusion entre commencement et origine. (UCL)...
Lire la suite

Notre tradition culturelle occidentale, Darwin compris, a eu tendance à penser la relation de l'homme et l'animal dans une perspective de différenciation, les capacités de raisonnement et métacognition nous mettant à part en tant qu'humains. D'autres traditions nous situent par contre au milieu de l'animalité. Le philosophe et éthologue Dominique Lestel nous invite à penser plutôt à ce que nous avons appris des autres animaux dont nous sommes tributaires dans un sens non seulement phlyogénétique mais aussi spirituel. Le fait que nous sommes devenus humains AVEC les animaux constitue une relation ontologique entre l'homme et l'animal . Avec l'apparition potentiellement menaçante de la technologie autonome déjà prévue par des auteurs tels que Philip K. Dick, est-ce que l'homme va développer de nouvelles alliances avec les animaux afin de se défendre contre l'artificialité qui pourrait prétendre devenir un concurrent sérieux pour l'humain? Conférence à l'Ecole Norm...
Lire la suite

Partie III. Les Grecs exigent de penser une matière comme manque et indigence, et à côté un Dieu qu’ils n’arrivent que rarement à penser comme bon. Pour les Pères de l’Église, la matière toute puissante mettrait en cause la tout-puissance de Dieu. L’ordre du monde doit être bien affirmé pour qu’on puisse penser le désordre comme une exception confrmant la règle. L’idée de création ex nihilo se trouve dans la Bible, mais portée dans un ensemble où on retrouve deux traditions, une qui est exnihiliste, et une tradition sapientielle. H. Bergson pense la causalité psychique, élan vital qui traverse toute la nature, origine de son organisation, évolution est une expérience de la création, il fait de la création quelque chose d’empirique, dont nous faisons constamment l’expérience....
Lire la suite

Le neurobiologiste Alain Prochiantz, titulaire de la chaire «Processus morphogénétiques» du Collège de France, aborde dans une perspective rigoureusement matérialiste le sujet de la spécificité de l'homme en soulignant que la question n'est pas "être OU ne pas être un animal" mais "être ET ne pas être un animal". Le philosophe et éthologue Dominique Lestel revient sur la question du "propre de l'homme" en examinant à la lumière des dernières recherches la validité de l'idée que la différence entre les hommes et les autres animaux réside dans l'utilisation des outils, le langage ou la production artistique. Voyant les résultats ambigus de ces recherches, on aurait besoin d'approfondir notre réflexion philosophique sur cette question avant de nous prononcer de manière définitive sur le propre de l'homme. Durée 75 minutes. Niveau grand public. ...
Lire la suite