Jean-Michel Maldamé présente le livre de François EUVE, 'Darwin et le christianisme. Vrais et faux débats' (Buchet-Chastel, Paris, 2009), soulignant sa contribution positive au débat dans un contexte où, selon Maldamé, certains catholiques ont rejoint les thèses fondamentalistes de cercles radicaux protestants et musulmans. Le projet théologique de l'ouvrage propose de montrer la «fécondité de la théologie de la création» en faisant appel à des auteurs tels que Karl Rahner, Jürgen Moltmann et John Haught. Recherches de Science Religieuse 98, 2010, p. 103-106. Niveau universitaire....
Lire la suite

Jean-Michel Maldamé commence en citant des propos du pape Jean-Paul II au sujet de la théorie de l'évolution, considérée comme «plus qu'une hypothèse», dans un message à l'Académie pontificale des Sciences le 22 octobre 1996. L'article examine la relation entre philosophie, métaphysique et sciences de la nature, soulignant la nécessité de distinguer l'usage philosophique de termes comme l'«émergence» de leur signification conceptuelle en science, ainsi que le besoin d'articuler les ordres de causalité en parlant des processus naturels. Pour le philosophe, «la venue à l'existence de l'homme est irréductible aux autres émergences.» La théologie chrétienne radicalise les propos philosophiques en lisant le monde à partir de la plénitude de son achèvement dans le Verbe incarné, Jésus-Christ. Les explications scientifiques et scientifiques qui reconnaissent le rôle du hasard et de la contingence ne sont pas incompatibles avec la reconnaissance d'une finalité pa...
Lire la suite

L'astrophysicien Nidhal Guessoum nous rappelle d'abord les définitions, au plan scientifique, des termes « évolutionnistes » et « créationnistes ». Être créationniste signifie être fixiste. C'est à dire que toutes les espèces ont été crées dans l'état où elles sont actuellement. Aujourd'hui la grande majorité des musulmans soutiennent cette position, pourtant lors de l'élaboration de la théorie de l'évolution au 19 ème siècle, de nombreux penseurs musulmans n'y ont pas vu de contradictions avec le Coran. Plus fort encore, 500 ans avant que la science produise la théorie de l'évolution de grands penseurs musulmans ont soutenu l'idée d'une "création par étape", c'est à dire d'une évolution et non le fixisme. Selon Nidhal Guessoum, c'est le développement du littéralisme, c'est à dire d'un niveau assez pauvre de lecture du Coran, qui explique la prédominance du créationnisme en milieu musulman. Si on retrouve des approches plus élaborées du Coran, co...
Lire la suite

Débat entre Michel Maxime Egger (sociologue et théologien orthodoxe) et Jacques-André Haury (médecin et député vert'libéral au Grand Conseil vaudois, protestant). 'A l'occasion du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, "Faut pas croire" enregistre sa dernière émission avant la pause estivale à l'île Saint-Pierre, sur le lac de Bienne. Gérer la nature en fonction des besoins de l'Homme ou la préserver comme un sanctuaire: un débat quasi permanent dans la patrie du philosophe suisse. Le christianisme est-il à l'origine de la surexploitation des ressources naturelles ou une voie pour une gestion équitable?' Emission RTS du 2 juin 2012. Durée 11:50. Niveau grand public....
Lire la suite

Organisé par Oumma Media, ce débat a été une première mondiale. Il a vu s'affronter à la maison de la chimie à Paris, des évolutionnistes "chrétiens" et "musulmans" (l'astrophysicien Nidhal Guesoum, le philosophe des sciences Jean Staune, le paléontologue Marc Godinot avec de créationnistes musulmans et chrétiens Dominique Tassot, président du CEP, Pierre Rabichong, professeur de médecine, et Oscar Babuna, représentant du groupe Harun Yahya. Il est symptomatique de noter que sur leur propre site, les partisans d'Harun Yahya ne diffusèrent que leurs propres interventions dans ce qui étéit pourtant un débat contradictoire. Une indication forte du fait qu'ils n'ont pas beaucoup estimé leur propre prestation. ...
Lire la suite

'Le premier Congrès international d'eugénique, tenu à Londres en juillet 1912, fut marqué par l'influence des idées de Darwin, de Galton et de Mendel, des expériences américaines et de l'anthropologie italienne. Mais les eugénistes français sont restés fidèles à la tradition du néo-lamarckisme et de l'hygiénisme social, quand ils ont fondé à Paris, en décembre 1912, la Société française d'eugénique.' Communication présentée à la séance du 19 mars 1983 de la Société française d'histoire de la Médecine....
Lire la suite

Courte explication par le neurophysiologiste Giacomo Rizzolatti (découvreur des neurones miroirs, Département des Neurosciences, Université de Parme) du fonctionnement de ces neurones chez les singes et les implications pour notre compréhension des processus d'apprentissage chez l'être humain. Institut de France, Académie des Sciences, Réception des Associés étrangers élus en 2005, 12 décembre 2006...
Lire la suite

Tentons de reprendre en quelques mots la «philosophie naturelle» du Professeur de Duve pour en manifester l’architecture. Partons du présupposé moniste que toute la réalité, tout l’être s’épuise dans une seule «substance»: l’Ultime réalité qui ne dépend de rien d’autre, mais qui comprend toute existence. La vie biologique, qui germe «sur» et par la matière physico-chimique, l’humain et sa pensée qui s’enracinent dans l’histoire évolutive du vivant, sont des manifestations de nécessités internes à cette Ultime réalité, que nous traduisons à notre niveau et partiellement (car nos facultés sont limitées) par les lois scientifiques....
Lire la suite