‘La querelle moderniste peut être analysée à travers trois registres, la controverse, la crise et la condamnation. Cette fragmentation rend compte du processus de laïcisation et de sécularisation de la société française du début du xxe siècle permettant le déploiement d’une véritable controverse intellectuelle portant sur une question religieuse, tandis qu’en parallèle, crise et condamnation agitent et divisent un monde catholique encore profondément hiérarchisé.’ » Dans Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle 1/ 2007 (n° 25),p. 75-90. Consultable en ligne....
Lire la suite

Du génie scientifique qui s'est révélé très tôt par son Traité des sons qu'il a écrit à l'âge de douze ans et la première machine à calculer qu'il a inventé à dix-neuf, à la nuit de « feu », où il a la vision de l'ordre et des plans divins de la chute à la rédemption, qui était-il vraiment ? Pour les chrétiens, Blaise Pascal est à la fois l'homme du « pari » et également celui de la querelle de Port-Royal. Dès lors quels liens Pascal avait-il avec l'Église ? Que combattait-il ? Quelles actualités ont aujourd'hui ces querelles ? Quid aujourd'hui de cette « grâce divine », seule en mesure selon Pascal de convertir les coeurs et de les ramener à la foi pure des premiers chrétiens ? Pour y répondre, Laurence Devillairs, philosophe et directeur littéraire aux éditions du Seuil et Gérard Ferreyrolles, professeur de littérature à la Sorbonne.Emission KTO du 17 juin 2012. Durée 52 minutes. Niveau grand public. ...
Lire la suite

‘En 1907, Pie X, dans l'encyclique Pascendi dominici gregis, condamnait le modernisme,"synthèse de toutes les hérésies". Pendant tout le début du XXe siècle, la crise moderniste va empoisonner la vie de l'Église.’ Dans La Croix, 29 décembre 2007. Niveau grand public instruit. Pour lire, cliquer sur le titre de cet article....
Lire la suite

L'article examine l'épistémologie de Blaise Pascal en tant que mathématicien et croyant. Quelle est la relation entre foi et raisonnement dans sa pensée? Que veulent dire pour lui les mots «croire» et «savoir» dans les deux cas des démonstrations rationnelles et de l'expérience des «vérités divines»? Intervention dans le cadre du Séminaire «Raison et Foi» de l'Institut européen en sciences des religions, janvier 2008 Niveau grand public instruit. Pour lire, cliquer sur le titre de l'article....
Lire la suite

La révolution scientifique du dix-septième siècle a amené avec elle une façon renouvelée de concevoir l'ordre naturel. La notion de création et son corollaire, le règne divin universel, fournirent aux pères de la science moderne le cadre théologique qui leur permit d'exprimer leur vision nouvelle de l'ordre naturel et l'introduction de l'idée de lois de la nature. Sur l'arrière-fond des débats sur les rapports entre création et théories scientifiques sur le devenir de l'univers et des êtres vivants, il est pertinent de signaler le lieu précis dans lequel intervenaient ces considérations théologiques : elles ne tiraient pas avantage des trous de l'explication scientifique, mais se situaient en amont de l'activité scientifique elle-même, en lui fournissant un sous-bassement métaphysique favorable au dépassement de la science aristotélicienne....
Lire la suite