"La conversation scientifique", émission d'Etienne Klein avec l'invité Alain Connes, mathématicien, professeur au collège de France, titulaire de la chaire d’analyse et de géométrie, lauréat de la médaille Fields (1982), qui vient de publier Le Spectre d’Atacama, coécrit avec Danye Chéreau et Jacques Dixmier aux éditions Odile Jacob (février 2018), où se mêle l'énigme des nombres premiers, musique (le Quatuor pour la fin du temps d'Olivier Messiaen, inspiré par le Livre de l'Apocalypse) et roman policier. Durée 59 minutes. Niveau grand public instruit. Pour écouter l'émission, cliquez sur le titre de l'article. ...
Lire la suite

Professeur de mathématiques à l'Université d'Oxford et philosophe des sciences, John Lennox figure parmi les apologistes chrétiens les plus connus dans le monde anglo-saxon, notamment pour ses débats avec Richard Dawkins. Dans cet interview pour Le Théiste, il donne son point de vue par rapport à la question du conflit réel ou perçu entre science et religion. Durée 4 minutes. Niveau grand public....
Lire la suite

Fabrice Hadjadj analyse et conteste l'idée de Heidegger selon laquelle le christianisme serait à l'origine du "règne de la technique" dans la société contemporaine à cause de la subordination de la nature à Dieu, l'être à la volonté. Fabrice Hadjadj considère que la science moderne est conditionnée par la tradition judéo-chrétienne d'une manière certes ambiguë, mais estime que ce conditionnement comporte néanmoins des éléments positifs. Son argument s'articule en trois points essentiels: i) comparée à la façon de concevoir la relation entre l'homme et la nature de l'Antiquité païenne, la tradition biblique opère indéniablement un changement de référent ultime, qui passe de la nature à Dieu comme transcendant relatif à un cosmos qui n'est pas divin: les êtres humains se trouvent dans la nature, mais ont aussi la Parole de Dieu qui devient primaire par rapport à la physis. Si cela donne un statut particulier à l'homme, ce dernier se trouve en position de...
Lire la suite

Les travaux d’Olivier Rey, philosophe des sciences et chercheur au CNRS sont très bien reçus dans les milieux prônant la « sobriété heureuse » et la « décroissance ». Sa connaissance de la pensée moderne et des représentations de la nature qu’elle a conjurées l’amènent à émettre un jugement sans concession sur les situations de crises actuelles que notre monde traverse, précédent, et faisant écho à la critique du paradigme technocratique du Pape François dans son encyclique Laudato si’. La décroissance à laquelle Olivier Rey appelle nos sociétés moderne n’est pas un simpliste retour en arrière, mais l’art de trouver la mesure de l’échelle humaine dans l’intégration lucide des limites de la planète, des ressources naturelles, mais aussi de la finitude de notre commune humanité (Une question de taille, Paris, Stock, 2014). Le Centre de Recherche en Entreprenariat Social, la Chaire Jean Bastaire pour une vision chrétienne de l’écologie in...
Lire la suite

Les ombres de l'esprit, le deuxième ouvrage destiné au grand public du mathématicien Roger Penrose est sans doute l'un des plus audacieux parmi ceux produits par les grands mathématiciens du 20e siècle. Non seulement il affirme que les objets mathématiques existent indépendamment de l'esprit humain mais aussi que la capacité de l'homme à entrer en contact avec le monde des « êtres mathématiques » le rend supérieur à toute intelligence artificielle....
Lire la suite

Deux conversations avec le philosophe, mathématicien et romancier Olivier Rey autour de son dernier livre "Quand le monde s'est fait nombre" (Stock, octobre 2016) au sujet de l'essor de la statistique et la relation entre science et société. 1. Emission Les Chemins de la Philosophie avec Adèle van Reeth, Diffusion sur France Culture le 18 novembre 2016, durée 53 minutes. 2. Emission Philanthropos "Entre nous soit dit" avec Fabrice Hadjadj, durée 56 minutes. Niveau grand public instruit....
Lire la suite

Note critique rédigée à la suite de la parution de l'ouvrage du mathématicien et auteur d'ouvrages de vulgarisation scientifique Amir D. Aczel, Why Science does not Disprove God (2015), paru depuis également en livre de poche, avec une emphase placée sur les chapitres portant sur la mathématique et Dieu, de même que sur une critique d'ensemble du point de vue de l'épistémologie du dialogue science et religion. Niveau universitaire. Pour lire, cliquer sur le titre de l'article....
Lire la suite

Note critique rédigée suite à la parution de William A. Dembski, Being as Communion: A Metaphysics of Information (2014), évaluant l'usage de la théorie de l'information dans la tentative de mettre sur pied une « inférence au dessein », et de rétablir certains aspects du programme de la théologie naturelle, tel que développé dans cette troisième monographie d'importance dédiée au sujet du dessein intelligent par le mathématicien et philosophe William A. Dembski, après The Design Inference (1998) et No Free Lunch (2002). Niveau universitaire. Pour lire, cliquer sur le titre de l'article....
Lire la suite

Une métaphore de l'activité mathématique, où nous remplacerions sa nomination par celle de... Dieu, où il est apprécié à quel point la conception platonicienne des mathématiques ou rivalise avec la croyance en Dieu, ou la soutient ! Traduction complète d'un chapitre consacré à une métaphore de l'activité mathématique, dans laquelle il est cherché jusqu'à quel point cette dernière tire son origine de convictions semblables à celles qui président aux définitions les plus fondamentales et « axiomatiques » en religion. Niveau grand public cultivé. Pour lire le chapitre, cliquer sur le titre de l'article....
Lire la suite

La mathématique n'est pas l'arithmétique bien que la mathématique puisse être apparue à partir des pratiques que sont le fait de compter et de mesurer. En réalité, ce dont elle s'occupe c'est d'un raisonnement logique dans lequel des théorèmes – soit des énoncés généraux et spécifiques – peuvent être déduits en s'appuyant sur des présupposés initiaux. C'est probablement la plus rigoureuse et la plus pure des activités intellectuelles et on la nomme souvent la reine des sciences. Pour le non-praticien cependant, elle semble être un jeu privé, la manipulation de symboles à des fins incertaines et détachées du monde. Traduction d'extraits substantiels d'un entretien du mathématicien britannique Christopher Zeeman, à propos de la vocation à la mathématique et à son aspect de jeu avec la Nature, préparant à la rencontre du langage qu'elle parle et que notre quete de certitude la plus radicale ne parvient encore à saisir que par un pale reflet, comme dans ...
Lire la suite