‘La conscience humaine n'est-elle qu'un produit du cerveau ? Et le cerveau lui-même n'est-il qu'un extraordinaire assemblage de neurones, ou l'outil qui permet à l'hommed'exprimer son humanité profonde ? L'homme est-il libre de penser ? Aujourd'hui les neurosciences permettent des découvertes étonnantes sur les fonctions du cerveau. Et lorsque l'on comprend cette extraordinaire complexité de fonctionnement, on ne peut que se poser la question fondamentale : comment le seul hasard - ou une multiplicité de hasards successifs ont-ils pu permettre cela ? Est-ce qu'il y a quelqu'un qui pense ?’Film réalisé par Caroline Puig-Grenetier. Avec la participation de Thierry Magnin, Nicolas Georgieff (professeur de psychiatrie, Université Lyon I), Maurice Sadoulet, Bernard Feltz (philosophe, Université Catholique de Louvain), Alexandre Ganoczy (théologien, Institut Catholique de Paris, universités de Münster et Würzburg), Jean-François Lambert. Durée 52 mn. Niveau universitaire...
Lire la suite

Le conflit entre religion et science est-il inévitable de iure? Sur le plan intellectuel, et situant la question dans un contexte chrétien, le croyant qui affirme l'unité essentielle de la vérité et qui reconnaît que foi et raison ont endernière instance la même source transcendantale doit répondre 'non'. Mais est-ce qu'au niveau des événements contingents du « malencontreux fossé de l’histoire » (Lessing) nous avons su éviter un tel conflit? Ici la réponse serait sans doute moins sûre, et moins rassurante.' Niveau grand public instruit. ...
Lire la suite

Courte explication par le neurophysiologiste Giacomo Rizzolatti (découvreur des neurones miroirs, Département des Neurosciences, Université de Parme) du fonctionnement de ces neurones chez les singes et les implications pour notre compréhension des processus d'apprentissage chez l'être humain. Institut de France, Académie des Sciences, Réception des Associés étrangers élus en 2005, 12 décembre 2006...
Lire la suite

'Le modèle que je développe considère que l’empathie repose sur deux composants majeurs: une disposition innée et non consciente à ressentir que les autres personnes sont « comme nous » et une capacité consciente à nous mettre mentalement à la place d’autrui. Le premier composant apparaît dès les premiers stades du développement de l’enfant et plonge ses racines dans l’histoire évolutive de nos ancêtres, les primates non humains. Ceux-ci possèdent en effet des neurones, nommés neurones miroirs, qui s’activent à la simple observation des actions de leurs congénères. Le second composant est plus récent sur le plan évolutif et semble même être propre à l’espèce humaine. Il se développe plus tardivement au cours du développement de l’individu et nécessite des capacités de contrôle et de manipulation des représentations mentales (appelées ressources exécutives et situées dans le cortex préfrontal). Enfin, un dernier élément important de c...
Lire la suite