'Le Mal, "en soi", n'est pas réellement un problème, traité en tant que tel, dans l'enseignement du Bouddha. Tout d'abord parce que le "Bien", dans le bouddhisme, n'a pas la valeur absolue qu'on lui attribue dans les religions monothéistes. On n'évoque en effet aucune Création divine, parangon du Bien, au sein de laquelle le Mal pourrait être compris comme une opposition radicale et scandaleuse à un tel projet divin.’ Conférence donnée le 10 mai 2000 à la Faculté de Théologie protestante de Lausanne (Suisse), dans le cadre d'un cycle de cours publics sur le thème "Le Mal dans les grandes religions". Niveau universitaire....
Lire la suite

‘Les Quatre Nobles Vérités sont la Vérité de la Souffrance, la Vérité des Causes de la Souffrance, celle de l’Extinction de la Souffrance, et enfin celle de la Voie vers l’Extinction de la Souffrance […] Quand nous lisons attentivement le Sermon sur les Quatre Nobles Vérités, nous sommes frappés par la forme remarquable du discours, l’enchaînement de ses diverses parties et la progression de raisonnement. D’abord l’exposé des données du problème : la souffrance et ses causes; Puis la solution : l’extinction de ces causes; Enfin le moyen de réaliser cette solution : la Voie.' Niveau grand public....
Lire la suite

'Un représentant occidental de la tradition du bouddhisme theravada (thaï) considère la relation entre la souffrance et la notre perception subjective du monde. 'Le Bouddha nous a montré « ce qui est » et nous a appris à considérer cela en termes de Dhamma et non en fonction d’un idéal. Par exemple, quand j’étais enfant, je me disais : « Dieu n’aurait pas dû créer la douleur. Il aurait dû créer les choses de manière plus juste pour qu’il n’y ait pas de personnes handicapées dès la naissance par un problème ou un autre. Les choses ne devraient pas être comme cela. Un Dieu idéal ne créerait rien de moins qu’un monde idéal. » Voilà ce que nous créons avec notre esprit : un monde idéal où les choses devraient être comme ceci ou comme cela et, quand le monde n’est pas à la hauteur de cet idéal, nous nous disons : « Je ne peux pas supporter cela. Cette injustice est inacceptable. Le fait que tout ne soit pas parfait m’est insupportable, c’e...
Lire la suite

Il s'agit de ressources en ligne du Centre Atlantique de Philosophie (Université de Nantes): accompagnant un cours du philosophe Cyrille Michon :'Philosophie de la religion L3 - Epistémologie de l'athéisme' présentant les grands courants de pensée au sujet du problème du mal au cours de l'histoire de la philosophie. Une partie des textes seulement est en accés libre...
Lire la suite

‘Dans son ouvrage "Libre réponse à un scandale", le P. Martelet entend relever le défi que nous lance la paléontologie moderne. Se refusant à admettre que le premier homme, à peine sorti de l'évolution animale, puisse être tenu pour responsable d'un péché destiné à marquer toute la suite de l'humanité, il veut voir dans l'expression «péché originel» la simple désignation de la condition pécheresse dans laquelle nous naissons. L'article critique cette position, car il y voit une négation du péché originel. Il défend la thèse d'un Adam métahistorique et d'un péché originel tous deux bien réel, mais situés hors de notre monde et de notre histoire.’Nouvelle Revue Théologique 110/6 (1988), p. 879-902....
Lire la suite

Tim Keller, pasteur de l'Eglise Redeemer à New York (presbytérienne), revient sur les objections philosophiques contre l'existence du Dieu biblique basées sur l'existence du mal (J.L. Mackie et al.) en faisant référence aux arguments de C.S. Lewis et Alvin Plantinga. chapitre 2 du livre "La raison est pour Dieu: La foi à l'ère du scepticisme" (Lyon, Editions Clé, 2010) trad. Sonia Artiguebert. Niveau grand public....
Lire la suite

‘L'Essai sur le mal de Nabert [1881-1960] conteste [...] que le mal moral puisse être purement et simplement assimilé à l'immoralité, dans la perspective d'une volonté autonome de type kantien. La question posée est, dès lors, la suivante: le mal est-il limité à la transgression par la conscience de la loi du devoir? Ou bien ne sommes-nous pas renvoyés, au-delà des actes qui violent la loi morale, à un fond impur qui va au delà de la causalité même de la liberté? ' Nouvelle Revue Théologique 95/3 (1973), p. 279-300Niveau universitaire....
Lire la suite