Centenaire des apparitions de Fatima – conférence de presse des parents du “miraculé” brésilien Lucas Maeda da Oliveira

Le voyage actuel du Pape François au Portugal pour le centenaire des apparitions de Fatima en 1917 est un évènement longtemps attendu par des millions de fidèles dans le monde catholique. Le Pape vient de canoniser Francisco et Jacinta Marto, deux des trois enfants bergers qui attestèrent avoir vu la Vierge Marie à six reprises, la dernière vision de Jésus, Marie et Joseph étant aussi l'occasion d'un phénomène scientifiquement inexpliqué jusqu'à nos jours, le "Miracle du Soleil" du 13 octobre 1917 devant une foule d'au moins 50 000 personnes. Phénomène qui, à cause de son aspect éminemment public, a été l'objet de nombreuse études et polémiques de la part de fidèles et détracteurs ayant saisi l'enjeu logique considérable de l'évènement, dont Richard Dawkins, qui attaqua son caractère miraculeux dans son livre Unweaving the Rainbow (Houghton Mifflin, 1998), ainsi le professeur de physique bénédictin Stanley Jaki (1924-2009) qui arriva à la conclusion qu'il s'agissait d'un phénomène atmosphérique rare mais néanmoins miraculeux dans le sens où les enfants l'avait annoncé en avance. Selon la procédure établie par l'Eglise, il fallait que la canonisation des deux enfants soit procédée par l'acceptation officielle d'un miracle attribué à l'intercession posthume de Francisco et Jacinta (morts en 1919 et 1920 respectivement). La guérison acceptée par Rome dans le cadre d'un dossier de canonisation de 15 000 pages fut le rétablissement de Lucas Maeda da Oliveira, un enfant brésilien diagnostiqué comme ayant perdu de la matière cérébrale suite à une chute de six mètres en 2013, selon le témoignage donné jeudi le 11 mai à la presse internationale par ses parents.

Source: https://fr.zenit.org/articles/bresil-la-guerison-inexplicable-du-petit-lucas/

Anita Bourdin, 12 mai 2017

Les parents du petit Lucas, victime d’un accident à l’âge de 5 ans, le 3 mars 2013, ont témoigné de sa guérison « inexplicable pour l’état actuel de la science » et sans séquelles, le jeudi 11 mai 2017, au sanctuaire de Notre-Dame de Fatima (Portugal), devant la presse internationale.

C’est le miracle retenu pour la canonisation, samedi 13 mai 2017, à Fatima, par le pape François, des bienheureux pastoureaux Francisco (mort le 4 avril 1919, avant ses 11 ans) et Jacinta (décédée le 20 février 1920, à 9 ans), cent ans après la première apparition de Notre Dame à Fatima.

La famille de Lucas est de Juranda, au Brésil. Ses parents, João Batista et Lucila Yurie, ont expliqué que Lucas était en train de jouer avec sa petite sœur Eduarda, le 3 mars 2013 – dix jours avant l’élection du pape François – lorsqu’il est tombé d’une fenêtre, vers 20h, faisant une chute de 6, 50 m.

« Nous remercions Dieu pour la guérison de Lucas et nous savons, avec toute la foi de notre coeur, qu’elle a été obtenue grâce à un miracle opéré par les petits bergers Francisco et Jacinta », a déclaré João, visiblement gagné par l’émotion.

L’enfant a été victime d’un traumatisme crânien très grave avec une perte de tissu cérébral : vu la gravité du cadre clinique, l’enfant fut transféré à une heure de là dans un hôpital de Campo Mourão, dans l’Etat du Parana. Il y est arrivé dans un coma déjà profond, après deux arrêts cardiaques, et il fut opéré immédiatement. Mais les médecins jugeaient que l’enfant avait peu de chance de survivre.

« Nous avons commencé à prier Jésus et Notre Dame de Fatima, pour qui nous avons une profonde dévotion, a témoigné le papa. Et le jour suivant nous avons appelé le carmel de Campo Mourão pour demander aux sœurs de prier pour notre petit garçon. La sœur qui a reçu l’appel n’a pas communiqué notre demande à la communauté parce que c’était l’heure du silence et elle a pensé : ‘L’enfant va mourir, je vais prier pour la famille’. »

Les jours passèrent et l’état de Lucas s’aggravait. Le 6 mars, les médecins ont pensé à la transférer dans un autre hôpital, n’ayant pas les instruments nécessaires pour le soigner, a continué João : « Ils nous dirent que les chances que l’enfant survive étaient très minces et que s’il survivait, il aurait eu un rétablissement très lent, et certainement avec des graves déficiences cognitives ou même un état végétatif. »

« Le 7 mars, nous avons de nouveau téléphoné au carmel. Et cette fois la sœur a transmis la demande à la communauté. Une sœur courut auprès des reliques des bienheureux Francisco et Jacinta qui se trouvaient près du tabernacle et elle se sentit poussée à prier en disant : ‘Pastoureaux, sauvez ce petit garçon, qui est un enfant comme vous !’ Elle a ensuite convaincu toute la communauté de prier par l’intercession des pastoureaux. Et c’est ce qu’elles ont fait. Et nous tous aussi, en famille, nous avons commencé à prier les pastoureaux et, deux jours après, le 9 mars, Lucas s’est réveillé. Il allait bien et il a commencé à parler, demandant des nouvelles de sa petite sœur. Le 11, il est sorti de soins intensifs, et le 15 de l’hôpital.» Le pape François était élu depuis deux jours.

« Il est complètement rétabli, sans aucun symptôme ni séquelle. Ce que Lucas était avant l’accident, il l’est toujours : son intelligence, son caractère, il est le même en tout », a témoigné le papa : « Les médecins dirent, y compris les non-croyants, qu’ils n’avaient aucune explication pour ce rétablissement. »

Puis il a exprimé différents remerciements : « Nous voulons remercier le personnel de santé qui a accompagné Lucas, tout comme la postulation de Francisco et Jacinta Marto dans la personne de sœur Angela, pour toute sa sollicitude durant ce procès jusqu’à la canonisation. Nous remercions aussi le sanctuaire de Fatima pour l’invitation à ce moment de grâce. Et nous ne pouvons que rendre grâce pour tous ceux qui ont prié pour Lucas.»

Et puis il a dit combien ils rendaient grâce à Dieu pour la guérison de Lucas : « Et nous savons avec toute la foi de notre cœur que ce miracle a été obtenu par les pastoureaux Francisco et Jacinta. Nous ressentons une immense joie que ce soit le miracle qui conduit à la canonisation des deux enfants qui ont aidé notre petit garçon et qui aident encore notre famille. »

Voir aussi: http://www.lepoint.fr/monde/le-pape-francois-en-route-pour-le-sanctuaire-de-fatima-12-05-2017-2126974_24.php