Contenu, enjeux et diversité des acceptions de l’Intelligent Design en contexte étatsunien

Article consacré à une évaluation philosophique des thèses sur l'« Intelligent Design » aux États-Unis.

Cet article vise à introduire un lectorat français au débat sur l’« Intelligent Design ». Il commence par passer en revue les attaques récentes sur la possibilité rationnelle d’une théorie philosophique théiste à la lumière des développements de la théorie contemporaine de l’évolution. Une section est dédiée à la présentation de la stratégie dite wedge, dans le but de la distinguer du créationnisme de la jeune terre, et également pour faire ressortir la mise en question de l’évolution comme méta-récit induisant une conception d’ensemble de l’activité scientifique. On passe en revue les arguments de Michael Behe en faveur de la « complexité irréductible », s’arrêtant en particulier au mécanisme de la coagulation sanguine contrasté à la question de la délimitation de ses frontières comme système. Des contre-exemples proposés par Kenneth Miller sont examinés, et quelques questions de fond sont soulevées pour inviter à problématiser le type d’« ingénierie » dont ces phénomènes pourraient faire montre. On présente ensuite le concept de complexité spécifiée, contrasté à certains problèmes lancinants de la théorie des probabilités et de sa logique. Le problème de la reconnaissance intrinsèque d’un pattern est mis de l’avant, situé dans le cadre de développements récents en philosophie de la causation et de l’explication. Les deux stratégies opposées, l’évolutionnisme naturaliste et le dessein intelligent, apparaissent finalement comme chacun pris dans la rhétorique de l’autre, et l’on termine en se demandant quelles voies pourraient faire sortir d’une pareille paralysie. Niveau universitaire.