Conversation avec Vassula Rydén autour de son autobiographie ‘Le Ciel existe mais l’Enfer aussi’

Conversation entre Peter Bannister et Vassula Rydén, auteure du livre 'Le Ciel existe mais l'Enfer aussi', enregistrée le 5 janvier 2017 au Manoir de Gressy près de Paris. Durée 41 minutes. Niveau grand public instruit.

Comme les lecteurs réguliers de ce site auront sans doute déjà remarqué en parcourant nos articles récents, et quoique disent certain représentants du matérialisme scientifique officiel, le public français continue d’avoir soif d’invisible, manifestant un grand intérêt pour les phénomènes qui sembleraient problématiser nos modèles de la conscience humaine et l’interaction entre corps et esprit. Le colloque ‘La Conscience et l’Invisible’ du weekend dernier à la Maison de la Mutualité à Paris, où les intervenants ont parlé devant 1800 personnes, dont de nombreux personnalités connues des milieux politique, économique et artistique, en est la preuve. Les expériences aux frontières de la mort (évoquées par le neurochirurgien Eben Alexander, le philosophe/logicien Raymond Moody et l’anesthésiste-réanimateur Jean-Jacques Charbonier) ainsi que les troublantes ‘décorporations’ répétées de Nicolas Fraisse (étudiées de manière rigoureuse à l’Institut Suisse des Sciences Noétiques) présentent des défis considérables pour notre façon de concevoir la relation entre le visible et une dimension du réel au-delà de nos cinq sens en principe inaccessible à la recherche scientifique.

S’il est vrai que ces expériences sont souvent interprétées de manière non-religieuse ou selon les catégories certes assez floues du Nouvel Âge, il est intéressant de constater l’existence de nombreux points communs entre les récits des ‘expérienceurs’ et la tradition mystique judéo-chrétienne, commençant par les expériences visionnaires décrites par les prophètes juifs ainsi que les témoignages des premiers chrétiens trouvés dans le Nouveau Testament. Une tradition dont les ramifications continuent jusqu’à nos jours, par exemple avec les guérisons scientifiquement inexpliquées qui selon l’Eglise Catholique se produisent encore à Lourdes (décrites au colloque parisien par le Dr Patrick Theillier, ancien chef du Bureau Médical du Sanctuaire) grâce à l’intercession de la Vierge Marie depuis la rencontre de Bernadette Soubirous avec le monde invisible en 1858. Un sujet d’âpres conflits entre croyants et positivistes au 19e siècle qui marquèrent profondément la France et qui continuent en quelque sorte de façonner le dialogue entre science et religion dans le monde francophone.

Ce lien entre mystique chrétienne et expériences de mort imminente/états de conscience modifiés fut confirmé pour moi lors d’un entretien que j’ai récemment eu l’occasion de réaliser avec Vassula Rydén, une grecque orthodoxe née en Egypte en 1942 qui est considérée par beaucoup comme une mystique contemporaine. Figure controversée, ses écrits d’une grande ampleur (quelques 2000 pages de supposés messages célestes imprimés dans le livre La Vraie Vie en Dieu) ont été l’objet de vives polémiques qui semblent avoir divisé l’opinion à l’intérieur même du Vatican, mais ils ont néanmoins été l’objet d’une étude très sérieuse et respectueuse de la part de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi menée par le Cardinal Joseph Ratzinger en 2001-2004, comportant un dialogue personnel suite auquel Rome nuança la Notification critique émise en 1995 à l’égard de Mme Rydén (il est aussi intéressant de noter que le Cardinal Ratzinger préfaça une étude académique intitulée Christian Prophecy: The Post-Biblical Tradition (Oxford University Press, 2007)  par le chercheur danois Niels Hvidt avec un chapitre consacré à son cas). Si elle reste le cible de dénonciations de la part de ses détracteurs, elle est soutenue par plusieurs cardinaux et évêques catholiques ainsi que par de nombreux ecclésiastiques d’autres confessions chrétiennes (il est intriguant de constater que, malgré la théologie entièrement chrétienne qui sous-tend ses écrits qui n’ont rien de syncrétiste, Vassula Rydén entretient par ailleurs de chaleureuses relations avec des représentants des communautés musulmanes et bouddhistes). Elle a également été l’objet d’enquêtes par des scientifiques tels que le neurologue Philippe Loron de La Salpétrière et Jacques Neirynck, ancien président du Conseil scientifique d’Eurécom (Sophia Antipolis).

En janvier 2017 Vassula Rydén était à Paris pour une réunion interreligieuse sur le thème de la paix et de la réconciliation, notamment au Moyen-Orient, filmée par la chaîne de télévision libanaise Télé Lumière. C’est là que j’eus l’occasion de parler avec elle au sujet de sa récente autobiographie, Le Ciel existe mais l’Enfer aussi (Edition du Parvis, 2015), en particulier autour de ses multiples expériences alléguées du monde invisible depuis son enfance. Expériences antérieures à tout engagement spirituel et aussi déroutantes pour la science que celles d’un Nicolas Fraisse ou l’expérience de mort imminente racontée par Eben Alexander. Notre conversation toucha à de nombreux sujets, dont les limites épistémologiques des investigations scientifiques du mysticisme. Crédible ou non? A vous de juger!

Peter Bannister

Dialogue entre Vassula Rydén et la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (2001-2004)

Télécharger (PDF, 358KB)

Extrait du livre Le Ciel existe mais L’Enfer aussi

Télécharger (PDF, 225KB)