“L’Anthropocène, accomplissement moderne ou fin de la modernité?”

Dominique Bourg de l'Université de Lausanne présente trois interprétations de la crise actuelle provoquée par l'arrivée d'une "Anthropocène" marquée par l'interaction entre l'homme et une nature radicalement impactée par l'activité humaine. Intervention lors du colloque « Comment penser l'Anthropocène ? », les 5 et 6 novembre 2015 au Collège de France, Paris. Durée 32 minutes. Niveau grand public instruit. https://www.youtube.com/watch?v=Agynk_fwbIQ

Tous les vidéos du colloque du Collège de France: http://www.fondationecolo.org/l-anthropocene/video

‘L’hypothèse de l’anthropocène implique que l’histoire humaine et celle de la nature se rencontrent, ce qui revient à affirmer l’unification de l’humanité, considérée comme une force naturelle. Que signifie l’unité de l’humanité ainsi appréhendée dès lors quel’on constate que le poids des populations humaines dans le changement global est inégal, et qu’elles en seront différemment atteintes ? Que signifie-t-elle au regard d’une approche anthropologique qui a toujours insisté sur la diversité des humains pour saisir l’humain?’ Et si la recherche d’un accord commun entre les nations rend nécessaire la définition d’un intérêt général, sur quelles bases politiques et scientifiques penser cette unité ?’

Dominique Bourg – vidéos connexes:

“Climat: le thermomètre et le philosophe” – Spécial 2° avant la fin du monde” (durée 4:22)

“NiceFuture – 1.1 Dominique Bourg: Anthropocène” (durée 2:49)

“NiceFuture – 1.5 Dominique Bourg: Vision 2030?” (durée 3:28)

Article: « Anthropocène, apocalypse et parousie ? »,

‘Que doit-on entendre par « anthropocène » ? Ce texte s’attache en premier lieu à préciser le sens de cette expression et à montrer en quoi ellen inscrit l’humanité dans le temps long, à la différence des analyses et des constats antérieurs sur la fragilité de la planète. Et pourtant l’anthropocène n’exclut nullement la possibilité d’un horizon apocalyptique. Au contraire, deux scénarios semblent en effet se disputer l’avenir de l’anthropocène, avec une charge dramatique croisée. Selon le premier, l’humanité semble dans un premier temps s’abstraire des limites de la planète pour y succomber in fine, avec une perte de sens dramatique. Selon le second, d’effondrement en effondrement, c’est peut-être une autre humanité, ayant surmonté ses démons, qui pourrait advenir.

Socio-anthropologie [En ligne], 28 URL:http://socioanthropologie.revues.org/1589

Télécharger (PDF, 166KB)