Mircea Eliade: Le problème du chamanisme

Pour Eliade, 'la fuite de l'âme vers le pays des morts et le scénario dramatique de sa recherche par le chaman' constitue l'élément fondamental qui distingue le chamanisme d'autres techniques magico-religieuses. Il conteste l'équivalence faite entre chamanisme et maladie mentale par des chercheurs depuis Krivosapkin (1861) et Ohlmarks (1939) un schéma explicatif employé non seulement par rapport au chamans arctiques mais aussi indonésiens décrits comme des névropathes. Il récuse l'argument d'Ohlmarks que l'origine du chamanisme se trouve dans la 'transe hystéro-épileptoïde' des zones sub-arctiques, imitées par la suite par d'autres traditions, interprétant le chamanisme comme un phénomène géographiquement plus large dont les rituels se déroulent dans le cadre d'un système cosmo-théologique présentant de nombreux traits en commun (vols magiques des chamans sous forme d'oiseaux, mythes et rites funéraires ou rituels d'escalade relatifs à l'ascension au Ciel). Eliade souligne en particulier l'influence du bouddhisme sur le chamanisme au Nord-Est de l'Asie. Dans Revue de l'histoire des religions, tome 131 n°1-3, 1946. pp. 5-52. Niveau universitaire. Pour lire, cliquer sur le titre de l'article.

Télécharger (PDF, 3.15MB)