Les racines historiques de notre crise écologique. Lettre à Lynn White et à ceux qui s’en reclament.

Article légèrement satirique qui répond aux célèbres critiques émises par Lynn White en 1967 envers le supposé l'anthropocentrisme de la tradition chrétienne, dans lequel Jacques Arnould propose un statut intermédiaire pour l'humanité qui éviterait les pièges de l'anthropocentrisme et du cosmocentrisme, en citant le psaume huit de la Bible. Selon ce texte à résonance cosmique, l'homme est à la fois «presque dieu» et presque indigne de l'attention du Créateur. En reconnaissant le bien-fondé partiel des critiques de White adressées à la tradition judéo-chrétienne, il propose les figures de Noé et de François d'Assise comme emblématiques d'une lecture écologiquement responsable des textes bibliques. Dans Pardès 2005/2 (N° 39), p. 211-219. Texte consultable en ligne. Niveau grand public instruit.

A lire sur : http://www.cairn.info/revue-pardes-2005-2-page-211.htm