Les stratégies sociales des groupes néo-chamanistes occidentaux

L'article analyse les différences entre le chamanisme traditionnel et le "néo-chamanisme" occidental né dans les années soixante comme 'une modèle de «quête personnelle» accessible par l'application de «recettes» tels le jeu du tambour, diverses techniques corporelles ou l'absorption d'hallucinogènes', exemplifié par des personnages tels que Carlos Castaneda. Les stratégies de deux groupes néo-chamaniques nord-américains sont abordées: la Dream Change Coalition (fondée par John Perkins et Bernardo Peixoto) et la Fondation des études chamaniques (créée en 1970 par Michael J. Harner suite à deux voyages en Amazonie). Ces groupes, perçus à la fois comme des entreprises thérapeutiques et religieuses, se caractérisent par l'offre d'une 'vaste gamme de thérapies et d'atelier consacrés au développement du potentiel humain ou à la transformation de soi.' L'annonce de l'arrivée d'un monde nouveau - semblable aux déclarations du Nouvel Âge - implique la contestation de l'ordre actuel. Les services de guérison offert par le néo-chamanisme 'viennent combler un manque précis dans notre société actuelle' face aux 'promesses non tenues' de la science et la médecine modernes. Les stratégies sociales des groupes néo-chamaniques portent l'empreinte de la société occidentale avancée, 'marquée par les mutations de la postmodernité y compris dans ses formes religieuses et ses quêtes spirituelles.' Dans Religiologiques, 22, automne 2000, p. 73-83.Niveau grand public instruit.

Télécharger (PDF, 42KB)