Michel Bitbol – Le point aveugle de la science et son dépassement

Présentation par Michel Bitbol, chercheur en philosophe des sciences, au sujet du "Point aveugle de la science". Est-ce que la supposée objectivité de la science est réelle ou plutôt construite par l'élimination de tout ce qui est personnel, subjectif, suivi par l'oubli de ce processus de réduction? Pour Michel Bitbol, les révolutions scientifiques, telle que le développement de la physique quantique, se caractérisent par la remise en question des théories par le retour à la réalité concrète du travail d'observation. La prétendue objectivité de la recherche scientifique oublie également la dimension de l'expérience, du vécu personnel, pourtant omniprésente: privilégiant les invariants structuraux, la connaissance objective laisse derrière elle le connaissant et donc l'origine de cette connaissance. Durée 1 heure et 22 minutes. Niveau universitaire. Pour regarder la vidéo, cliquez sur le titre de l'article.

Télécharger (PDF, 335KB)

Les chercheurs scientifiques ont une immense tentation d’oubli. Ils tendent à penser qu’il est inutile de garder sans cesse à l’esprit ce qui dissimule leur point aveugle, cet obscur mais omniprésent monde-de-la-vie, cette chair de leur propre situation. Ils pensent de manière quasi-tacite que leurs méthodes débouchent sur un si grand nombre de succès pratiques qu’il est inutile d’entretenir la conscience troublante du point de départ ou de la précondition de ces succès. Malheureusement pour eux, cette stratégie d’occultation fonctionne mal. Le point aveugle a des conséquences dévastatrices pour la science. Il est vrai que la science devient incroyablement efficace d’un point de vue technologique, mais sa compréhension d’elle-même est dramatiquement détériorée par la persistance en son centre d’un point aveugle ignoré. La science ne se comprend pas elle-même, et elle est par conséquent désorientée face à des problèmes pourtant élémentaires. Peut-être la plus grande difficulté, ici comme ailleurs, réside-t-elle dans l’élémentaire. (p. 9)