L'astrophysicien musulman Bruno Guiderdoni, directeur de l'Observatoire de Lyon, parle du rapport de la cosmologie à la philosophie et la théologie. Quelles sont les implications de la confirmation de la théorie standard du Big Bang? Quelle est la différence conceptuelle entre cette théorie scientifique de l'origine de l'univers et la notion d'une Création? Est-ce qu'on pourrait développer une ou des cosmologies "pré-Big Bang"? Est-ce qu'un univers éternel peut néanmoins être la création de Dieu dans un sens théologique? Comment interpréter le phénomène de "l'ajustement fin" ("fine-tuning") des forces fondamentales dans le cosmos? Durée 14 minutes, niveau grand public instruit. Vidéo islam-science.net Pour regarder, cliquer sur le titre de l'article....
Lire la suite

Dans cette troisième partie de sa série d'entretiens au sujet du Chanoine Georges Lemaître, Dominique Lambert explique la différence conceptuelle entre "création" et "commencement", distinction fondamentale pour Lemaître (suivant St Thomas d'Aquin) et sa façon personnelle de concevoir la relation entre science et religion. Niveau grand public instruit. Pour regarder la vidéo, cliquer sur le titre de l'article. ...
Lire la suite


Entretien avec Dominique Lambert de l'Université de Namur au sujet de la vie et l'oeuvre de Georges Lemaître, un des pères de la cosmologie contemporaine, prêtre et président de l'Académie Pontificale des Sciences. Durée 11 minutes. Niveau grand public instruit. Pour regarder la vidéo et consulter quelques ressources pour mieux comprendre le parcours hors du commun et les intuitions fondamentales de Lemaître (dont celle de "l'atome primitif" qui menait au développement de la "théorie du Big Bang") ainsi que ses relations avec d'autres grandes figures de la cosmologie moderne telles qu'Albert Einstein et Arthur Eddington, cliquer sur le titre de l'article. ...
Lire la suite

Débat entre Lydia Jaeger, physicienne, directrice des études à l’Institut Biblique de Nogent, et Etienne Klein, physicien et directeur du Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière du CEA (LARSIM). Est-ce que les malentendus entre science et religion seraient principalement dus à des abus de langage des deux côtés? La pratique de la science est-elle en elle-même une démarche de foi? La question de l'origine de l'univers constitue-t-elle un énigme à résoudre ou plutôt un mystère? La recherche d'un fondement nécessaire de l'univers reste-elle philosophiquement valable à la lumière des connaissances scientifiques actuelles? Penser le néant est-il possible ou une idée destructrice d'elle-même, comme pensait Henri Bergson? En argumentant en faveur de l'existence de Dieu à partir du principe anthropique fort en s'appuyant sur le réglage fin des constantes fondamentales de l'univers, est-ce qu'on fait plus que simplement évoquer l'idée d'un demi-dieu ing...
Lire la suite

Dans le chapitre de la théologie chrétienne consacré à la Création, la question de l’origine occulte spontanément – et depuis toujours – celle de l’accomplissement. L’attention est portée sur le motif, le pourquoi, le comment de l’origine. Dans la théologie classique, les trois « moments » de la théologie de la Création sont assez nettement distingués. Le propos est ici d’inverser la présentation habituelle en posant en préalable que la notion de Monde Nouveau éclaire le mystère de la Création et non l’inverse....
Lire la suite

Divers penseurs ont invoqué l'existence de lois de la nature, la possibilité pour l'homme de les connaître et même la forme particulière de ces lois, comme arguments en faveur de l'existence de Dieu. Dans cet article, la théologienne et physicienne Lydia Jaeger examine dans quelle mesure et sous quelle forme de tels arguments sont défendables compte tenu de nos connaissances physiques et philosophiques actuelles. Il défend une version spécifique de la preuve physico-théologique qui établit l’irrationalité d'un refus de l'explication des lois par Dieu....
Lire la suite


Partie II. La création en sciences. C. Venter « crée » un chromosome synthétique, activé et inséré dans une bactérie, et utilise le mot « création » pour cet ADN de synthèse. Est-ce significatif ? Dans le texte de Darwin (Origine des espèces), le terme « création » est utilisé en des sens différents. Darwin croyait en un Dieu créateur. Dans un 2e sens, l’idée de création intervient au moment de l’apparition du 1er être vivant (1e et 2e éds.), une 3e conception est déiste : Dieu imprime des lois qui régissent la création, abolit la distinction nature et création, alors qu’un 4e sens est métaphorique, espèces « créées » (jusqu’à la 5e édition), puis, vers fin de sa vie, Darwin s’en sert pour parler de la fonction de la sélection naturelle qui « crée »; ce dernier usage a permis aux milieux chrétiens de bien accueillir la théorie. En astrophysique, certains scientifiques tel que F. Hoyle ont proposé des modèles nommés "création co...
Lire la suite

La création est présentée comme acte d’un Dieu tout-puissant, elle vient de Dieu seul. L’Église donne aussi à cette idée une base trinitaire, la personne du Fils est créatrice, douée d’une fonction médiatrice. Les anciens conciles ont rappelé la bonté de toute chose créée. Ils ont aussi affirmé l'existance d'une transcendance radicale. Face à l’nterprétation panthéiste de l’évolution par E. Haeckel, le concile du Vatican défendra la différence entre création et créateur. Également la confiance dans la capacité de la raison de rechercher la vérité. L’idée de création est présentée par Vatican II comme appelant l’engagement de l’homme. L’idée de création s’anracine dans une réflexion sur le salut. Les définitions du Magistère ne concernent pas les données qui pourraient relever des sciences positives....
Lire la suite