Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/sciencesetreligi/public_html/wp-content/plugins/meta-box/inc/core.php on line 50
11. Les miracles sont-ils possibles ? Archives - Sciences & Religions

Question : 11. Les miracles sont-ils possibles ?

Selon des idées répandues parmi beaucoup de nos contemporains, la non-existence des miracles est un principe de base de la science. Mais est-ce vraiment le cas, ou plutôt une vision trop simpliste de la vraie démarche scientifique? Toutes les traditions religieuses rapportent des faits considérés comme miraculeux qui, tels qu’ils sont présentés transgressent les lois connues de la physique et de la biologie. Quel crédit peut-on (doit-on) accorder aux textes qui les rapportent et, aujourd’hui, aux témoignages de ceux qui disent vivre ou constater de tels faits ? En quoi le miracle se différencie-t-il des prodiges de la sorcellerie, des pratiques magiques (envoûtement, possession), de l’occultisme ou de la parapsychologie ? Comment les différentes traditions définissent-elles le miracle ? Quels sont leurs critères de validation ? Que signifie vraiment un miracle ?

Pour parler de miracle il faut prouver que le résultat ne pouvait être obtenu par les seules forces de la nature. Au demeurant, comment distinguer les miracles des guérisons inexpliquées indépendamment de tout contexte religieux, qui tout en échappant au savoir médical n’en sont pas moins naturelles ? La question du sens d’un événement considéré comme miraculeux n’est-elle pas plus importante que celle du « comment » de sa réalisation ? N’est-ce pas précisément le contexte religieux qui lui donne sens ?

La question des miracles oblige à clarifier le rapport entre science et foi, et particulièrement la nature de leur « objet » et celle du discours, propre à chacune. Il convient de bien faire la part du psychologique et du spirituel, c’est-à-dire de ce qui relève de la seule nature et ce qui, pour un croyant, n’en relève pas exclusivement. Mais, s’il est légitime de chercher des explications psychologiques et naturelles aux miracles, et s’il est compréhensible que certains s’en satisfassent, est-il pour autant possible de rendre compte de leur signification du seul point de vue empirique ?

Le miracle en tant que tel ne s’impose pas avec nécessité et la science, en tant que telle, ne peut pas conclure au miracle. Ne faut-il pas alors séparer complètement le constat d’une réalité qui échappe au savoir actuel et le jugement qui y discerne un miracle (B. Sesboüé). La compréhension du miracle comme signe se réduit-elle à un défaut d’explication scientifique lié à l’insuffisance ou aux limites des connaissances actuelles ? Quel crédit accorder à la recherche d’une explication par l’intermédiaire d’une physique exotique postulant l’existence de processus naturels irréductibles à la physique actuelle ? Parler de miracle à propos d’un événement extraordinaire, n’est-ce pas d’abord faire un acte libre de foi qui lit dans la matérialité du fait autre chose que le fait, un signe qui nous est adressé par Dieu (B. Sesboüé) ?

  • Que dire d’autres pratiques de guérison/formes de médecine qui, sans avoir la prétension d’être «miraculeuses», ne rentrent pas dans un cadre allopathique ? L'homme a-t-il des pouvoirs naturels de guérison par des énergies, comme prétend...
    Lire la suite
  • Comment évaluer les guérisons dites «miraculeuses» par les religions ? Peuvent-elles être expliquées en termes d’auto-suggestion, comme pensait le neurologue parisien Jean-Martin Charcot (1825-1893) dans sa brochure La foi qui guérit écrite...
    Lire la suite
  • Quelle est l’attitude actuelle des religions et des sciences envers les phénomènes religieux extraordinaires? Est-ce que les catégories de psychopathologie, auto-suggestion et «fraude pieuse» suffisent pour tout expliquer ?...
    Lire la suite