Le Cardinal Poupard revient sur le cas Galilée: "La relecture des documents d'archives le montre encore une fois: tous les acteurs d'un procès, sans exception, ont droit au bénéfice de la bonne foi, en l'absence de documents extra-processuels contraires. Les qualifications philosophiques et théologiques abusivement données aux théories alors nouvelles sur la centralité du soleil et la mobilité de la terre furent la conséquence d'une situation de transition dans le domaine des connaissances astronomiques, et d'une confusion exégétique concernant la cosmologie." Dans Pontifical Academy of Sciences: Plenary Session 1992, p. 449-453. Niveau grand public instruit. Pour lire le texte intégral du discours, cliquer sur le titre de cet article. ...
Lire la suite


À partir du siècle des Lumières et jusqu’à nos jours, le cas Galilée a constitué une sorte de mythe, dans lequel l’image que l’on s’était forgée des événements était passablement éloignée de la réalité. Dans cette perspective, le cas Galilée était le symbole du prétendu refus par l’Église du progrès scientifique, ou bien de l’obscurantisme «dogmatique» opposé à la libre recherche de la vérité. Ce mythe a joué un rôle culturel considérable; il a contribué à ancrer de nombreux scientifiques de bonne foi dans l’idée qu’il y avait incompatibilité entre, d’un côté, l’esprit de la science et son éthique de recherche et, de l’autre, la foi chrétienne. Une tragique incompréhension réciproque a été interprétée comme le reflet d’une opposition constitutive entre science et foi. Les élucidations apportées par les récentes études historiques nous permettent d’affirmer que ce douloureux malentendu appartient désormais au pass...
Lire la suite


Je souhaite que des théologiens, des savants et des historiens, animés par un esprit de sincère collaboration, approfondissent l’examen du cas Galilée et, dans une reconnaissance loyale des torts de quelque côté qu’ils viennent, fassent disparaître les défiances que cette affaire oppose encore, dans beaucoup d’esprits, à une concorde fructueuse entre science et foi, entre Eglise et monde. Je donne tout mon appui à cette tâche qui pourra honorer la vérité de la foi et de la science et ouvrir la porte à de futures collaborations.' Discours du Pape JEAN-PAUL II à l'Académie Pontificale des Sciences en commémoration de la naissance d'Albert Einstein, 10 novembre 1979. Texte consultable en ligne....
Lire la suite

Jean-Michel Maldamé présente le livre de François EUVE, 'Darwin et le christianisme. Vrais et faux débats' (Buchet-Chastel, Paris, 2009), soulignant sa contribution positive au débat dans un contexte où, selon Maldamé, certains catholiques ont rejoint les thèses fondamentalistes de cercles radicaux protestants et musulmans. Le projet théologique de l'ouvrage propose de montrer la «fécondité de la théologie de la création» en faisant appel à des auteurs tels que Karl Rahner, Jürgen Moltmann et John Haught. Recherches de Science Religieuse 98, 2010, p. 103-106. Niveau universitaire....
Lire la suite

‘La Lettre de Galilée à la Grande-Duchesse de Toscane Marie-Christine de Lorraine constitue une document majeur tant pour l’histoire de la pensée de Galilée que pour l’histoire des controverses religieuses suscitées par le système de Copernic. Ce texte nous offre l’exposé le plus développé et le plus dominé des vues de Galilée, non seulement sur le problème de l’accord de l’astronomie nouvelle avec l’Ecriture, mais, plus largement, sur sa conception des rapports entre la science et l’Ecriture.’ Dans Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, Vol. 17/4 (1964), p. 331-338. Niveau grand public instruit....
Lire la suite

Pascal se laisse questionner, surtout sur fond d’affaire Galilée, est amené à reconnaître la puissance de la raison en même temps que ses limites. Le Dieu qui se donne dans la charité ne se dévoile que suite à ce travail intérieur qui conduit à préciser les limites de la raison. Pascal fait l’expérience de s’abandonner à Dieu pour devenir soi. Au terme, c’est la raison elle-même qui montre ses propres limites, ce qui indique que cette même reconnaissance peut être libératrice et permettre de connaître plus....
Lire la suite


L'article examine l'épistémologie de Blaise Pascal en tant que mathématicien et croyant. Quelle est la relation entre foi et raisonnement dans sa pensée? Que veulent dire pour lui les mots «croire» et «savoir» dans les deux cas des démonstrations rationnelles et de l'expérience des «vérités divines»? Intervention dans le cadre du Séminaire «Raison et Foi» de l'Institut européen en sciences des religions, janvier 2008 Niveau grand public instruit. Pour lire, cliquer sur le titre de l'article....
Lire la suite