"A l'occasion de son passage à Bordeaux, Olivier Rey a accepté de répondre aux questions du Cercle Politeia. Mathématicien et philosophe, il s'emploie à penser la modernité et ses dévoiements à la lumière de la pensée des Anciens, que ce soit l'omniprésence de la statistique, dans son dernier essai (Quand le monde s'est fait nombre, Editions Stock), la question de la démesure dans les formes d'organisations (Une question de Taille, Editions Stock) ou encore les dérives de la pensée scientifique (Itinéraire de l'égarement, Editions du Seuil). Le Cercle Politeia a voulu le questionner sur ses travaux, ainsi que sur d'autres sujets." Niveau grand public instruit. Durée 7 minutes. Pour voir la vidéo, cliquer sur le titre de l'article. Image: compas géométrique, Musée Galilée, Florence (ca. 1606). Photo: Saliko....
Lire la suite

Quand on se demande comment on doit traiter un être, on y répond en invoquant quelque propriété de cet être. Par exemple, et c'est un exemple classique, on dit qu'il est immoral d'instrumentaliser une personne humaine car elle est douée d'autonomie ou possède une conscience morale. Ce schéma de pensée a été appliqué à l'animal, et l'une des réponses qui y a été donnée a été d'exiger une certaine forme de bienfaisance envers les animaux parce qu'ils ont des intérêts (notamment celui de ne pas souffrir). La tradition utilitarisme, de Bentham à Singer, adopte cette attitude, arguant de la sensibilité des animaux pour exiger une prise en considération de leurs intérêts. Bref, la sensibilité est la propriété qui confère à celui qui la possède un poids moral (en termes kantiens. on dira qu'elle fait de l'être qui la possède un membre de la communauté morale).' Niveau grand public instruit. Intervention lors des Estivales 2007 de la question animale....
Lire la suite

Philip Kitcher (Columbia University) tente de montrer à partir des recherches récentes en éthiologie que 'la morale se révélerait [...] au moins en partie, un phénomène d'ordre biologique, ce qui permettrait de substituer aux spéculations vagues des théologiens et des philosophes une approche plus rigoureuse.' Dans La Recherche n° 296, numéro spécial 'L'histoire de la vie', mars 1997, p. 95. Article consultable en ligne. Niveau grand public. Perspective laïque....
Lire la suite

Pierre Manent (Ecole des hautes Etudes en Sciences sociales et Université de Boston)estime que la notion d'une loi naturelle, quoique démodée, reste indispensable, et que le rejet de toute norme par rapport à la nature n'est pas cohérent. Durée 6:59. Emission KTO / Académie Catholique de France. Niveau grand public....
Lire la suite

Remarques du Cardinal Roger Etchegaray au sujet de perspectives futures lors de la clôture du colloque 'Via Humanitatis' à l'Académie Pontificale des Sciences, 19-21 avril 2013. Durée 8:37. Transcription http://www.casinapioiv.va/content/accademia/en/events/2013/viahumanitatis/cloture.html‘Pour comprendre l’homme aujourd’hui, il faut le prendre avant même ses origines. Nous connaissons la pensée de Pascal : «Qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Unnéant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant … L’homme n’est qu’un réseau, le plus faible de la nature, mais un réseau pensant. La grandeur de l’homme est grande en ce qu’il se connaît misérable».’ ...
Lire la suite



Cet ouvrage est une contribution à l’éthique évolutionniste, un courant de pensée dont les débuts remontent à la seconde moitié du 19è siècle et qui s’inspire des connaissances de la biologie de l’évolution pour aborder les questions éthiques (genèse de la moralité, métaéthique, fondement des principes moraux). L’éthique évolutionniste comprise dans son sens contemporain est un domaine de pensée à la fois riche et complexe, imprégné non seulement des idées de Darwin mais également de données et outils théoriques issus de sciences aussi variées que la biologie de l’évolution, la théorie des jeux, la psychologie, la neurologie, l’anthropologie, l’économieempirique ou les sciences cognitives en général. Ainsi ce courant peut être considéré comme un emblème de l’interdisciplinarité. Cet ouvrage présente une large palette de théories et données scientifiques sur lesquelles reposent les réflexions menées en éthique évolutionniste. Il...
Lire la suite

L'article aborde la question des origines des comportements altruistes en posant la question du bien-fondé de la vision individualiste d'Ayn Rand (l'auteure préférée d'une certaine droite politique aux Etats-Unis): «Sommes-nous des égotistes rationnels coincés dans un filet d'obligations sociales? Ou sommes-nous une espèce intrinsèquement sociale pour qui l'altruisme fut un élément constitutif de son succès planétaire?». En s'appuyant sur les recherches de Christopher Boehm (Moral Origins: The Evolution of Virtue, Altruism, and Shame) sur les primates humains et non-humains, Johnson estime que l'étude des règles morales de sociétés de chasseurs-cueilleurs restées conformes au Pléistocène supérieur ('Late-Pleistocene Appropriate) facillite la compréhension de l'évolution de l'altruisme humain. Article du blog Primate Diaries de ScientificAmerican.com, traduit par Peggy Sastre. Slate.com, 21 décembre 2011. Niveau grand public. Texte consultable en ligne....
Lire la suite