Il existe au sein même du sanctuaire de Lourdes une instance médicale permanente chargée de contrôler les déclarations de guérisons. L’existence d’une telle structure en un lieu de croyance suscite un certain nombre de questions : Pourquoi y a-t-il un Bureau Médical à Lourdes et pas dans d’autres sanctuaires ? Quelle est la place des médecins dans la procédure de reconnaissance des guérisons de Lourdes ? Qu’est-ce qui permet de donner un sens à l’activité des médecins au sein de ce sanctuaire ? L'auteure est Docteure en sociologie, LASA - EA 3189 - UFC, article publié le 18 septembre 2013...
Lire la suite

Quand Bossuet fit condamner Fénélon, c'est l'irrationel de la mystique qui fera l'objet de méfiance pour plusieurs siècles. De même, le discours de piété sera considéré comme mineur, dans le monde catholique, par rapport à la théologie savante, pour quasiment disparaître des références intellectuelles. Nul n'aurait imaginé ainsi, au début du XXe siècle, que Thérèse de Lisieux puisse faire l'objet d'études universitaires, alors qu'elle intéresse aujourd'hui les théologiens et les psychanalystes. La mystique et le fait spirituel seront, apès le XVIIe siècle, longtemps considérés comme objets de dérision par les théologiens, jusqu'à ce que les "psy" et les philosophes s'y intéressent à la fin du XIXe siècle.'...
Lire la suite


‘Comme il était inévitable, les événements de Konnersreuth ont suscité, dans la grande presse allemande et jusque dans les congrès scientifiques allemands, des discussions passionnées où se sont heurtés les parti-pris contraires et les croyances opposées. La presse quotidienne française a parlé plusieurs fois de la chose. Nous n’avons pas à entrer ici dans le domaine de la foi. Mais, pouvant nous appuyer sur des documents authentiques, nous avons cru intéressant de faire connaître, aussi complètement qu’il se peut, et à un public essentiellement médical, les éléments positifs de l’ « affaire ».’ Extrait de L’Hygiène mentale, L’informateur des aliénistes et des neurologistes. 15e année, janvier 1930. Niveau grand public instruit....
Lire la suite

‘Pierre Vercelletto, neurologue nantais, s'est penché sur trois cas de personnes ayant reçu les stigmates (1) : Thérèse Neumann, Padre Pio et Yvonne-Aimée de Malestroit. D'après ce médecin, seules deux possibilités – avec une nette préférence pour la première - peuvent répondre au phénomène des stigmates : l'automutilation ou le miracle. Il rejette toute explication psychosomatique, la médecine n'ayant jamais réussi à démontrer que de telles manifestations cutanées pouvaient être provoquées par l'hystérie, l'hypnose ou encore la suggestion.’ La Vie, 10 août 2012. ...
Lire la suite


Devant faire face à la notoriété grandissante du Padre Pio, le Saint-Office demanda au Dr Amico Bignami, le 12 juillet 1919, de donner son avis sur les stigmates de Padre Pio. Après avoir ausculté le moine capucin, le médecin constata : « Il est impossible d’expliquer ce phénomène à partir des connaissances que nous possédons au sujet de ces nécroses dont la localisation est parfaitement symétrique, et de la persistance des lésions, au dire du malade. » Le Quotidien Santé, le 8 septembre 2014. Niveau grand public....
Lire la suite