Le cas Madeleine est en effet un locus classicus de la casuistique psychiatrique. Est-ce une psychose, ou non? Est-ce un délire mystique comme il s'en observe dans la paranoïa? Les états dits de "sécheresse" et de "torture" sont-ils des symptômes de mélancolie anxieuse? Ou est-ce un emballement imaginaire de type hystérique sur un matériau religieux, avec des jouissances sexuelles et des somatisations symboliques à crever les yeux? En quoi les doutes et les scrupules de Pauline se démarquent-ils des symptômes obsessionnels classiques? Le concept janétien de "folie psychasthénique" offre-t-il un intermédiaire recevable entre ces possibilités?' Savoirs et clinique, 2007/1 n° 8, p. 211-216. Niveau Universitaire....
Lire la suite


Nouveaux détails sur la stigmatisation de Padre Pio en 1918 révélé par laparution du livre «Padre Pio sotto l’inchiesta. L'«autobiografia segreta» (Enquête sur padre Pio.L'«autobiographie secrète») préfacé par Vittorio Messori, introduit et dirigépar don Francesco Castelli, historien de la postulation pour la cause debéatification de Jean-Paul II et professeur d'Histoire de l'Eglise moderne etcontemporaine à l'ISSR « Romano Guardini » de Tarente, en Italie. Article du site du Vatican ZENIT. ...
Lire la suite



Il existe au sein même du sanctuaire de Lourdes une instance médicale permanente chargée de contrôler les déclarations de guérisons. L’existence d’une telle structure en un lieu de croyance suscite un certain nombre de questions : Pourquoi y a-t-il un Bureau Médical à Lourdes et pas dans d’autres sanctuaires ? Quelle est la place des médecins dans la procédure de reconnaissance des guérisons de Lourdes ? Qu’est-ce qui permet de donner un sens à l’activité des médecins au sein de ce sanctuaire ? L'auteure est Docteure en sociologie, LASA - EA 3189 - UFC, article publié le 18 septembre 2013...
Lire la suite

Quand Bossuet fit condamner Fénélon, c'est l'irrationel de la mystique qui fera l'objet de méfiance pour plusieurs siècles. De même, le discours de piété sera considéré comme mineur, dans le monde catholique, par rapport à la théologie savante, pour quasiment disparaître des références intellectuelles. Nul n'aurait imaginé ainsi, au début du XXe siècle, que Thérèse de Lisieux puisse faire l'objet d'études universitaires, alors qu'elle intéresse aujourd'hui les théologiens et les psychanalystes. La mystique et le fait spirituel seront, apès le XVIIe siècle, longtemps considérés comme objets de dérision par les théologiens, jusqu'à ce que les "psy" et les philosophes s'y intéressent à la fin du XIXe siècle.'...
Lire la suite