L'astrophysicien Bruno Guiderdoni nous parle en tant que croyant de la façon dont nous devons rester humbles devant l'immensité de l'univers sans jamais cesser de mieux le comprendre et de l'explorer.Cela constitue pour lui avec le fait d'apprendre à vivre nos différences les piliers de la condition humaine d'un homme qui cherche à comprendre le sens de l'univers dans lequel il évolue. ...
Lire la suite

La création est présentée comme acte d’un Dieu tout-puissant, elle vient de Dieu seul. L’Église donne aussi à cette idée une base trinitaire, la personne du Fils est créatrice, douée d’une fonction médiatrice. Les anciens conciles ont rappelé la bonté de toute chose créée. Ils ont aussi affirmé l'existance d'une transcendance radicale. Face à l’nterprétation panthéiste de l’évolution par E. Haeckel, le concile du Vatican défendra la différence entre création et créateur. Également la confiance dans la capacité de la raison de rechercher la vérité. L’idée de création est présentée par Vatican II comme appelant l’engagement de l’homme. L’idée de création s’anracine dans une réflexion sur le salut. Les définitions du Magistère ne concernent pas les données qui pourraient relever des sciences positives....
Lire la suite

Le mystère ce n'est pas ce que l'on ne comprend pas, mais ce que l'on n'aura jamais fini de comprendre. Selon cette acceptation du mot mystère, nous pouvons mieux comprendre le rapport de l'homme à Dieu. Mais aussi de l'homme à l'univers qui l'entoure. Sans compter que tout autre être humain ne pouvant jamais "être dévoilé" en totalité à nos yeux, est aussi un mystère pour nous. ...
Lire la suite


Les scientifiques tel que Bernard d'Espagnat recherchent l'unité de l'être. Les croyants et les mystiques tels Teilhard de Chardin également. Mais, pour les chrétiens, cette unité est une trinité. Il faut alors penser ensemble l'un et le multiple Cela peut sembler paradoxal, mais c'est justement un concept que l'on retrouve dans certaines des nouvelles approches du réel, et dans de nouvelles formes de logique telles les logiques non aristotéliciennes. ...
Lire la suite

L'homme doit reconnaitre qu'il ne peut pas avoir le dernier mot sur le réel. Loin d'être d'une défaite, cette incomplétude est une condition d'ouverture qui nous permet de mieux comprendre la nature du monde qui nous entoure. Dans cette courte vidéo le père Thierry Magnin nous introduit aux cotés positifs de l'incomplétude et nous montre le lien que ce concept peut avoir avec des démarches d'ordre théologiques...
Lire la suite