Réflexion philosophique sur le péché originel

‘Dans son ouvrage "Libre réponse à un scandale", le P. Martelet entend relever le défi que nous lance la paléontologie moderne. Se refusant à admettre que le premier homme, à peine sorti de l'évolution animale, puisse être tenu pour responsable d'un péché destiné à marquer toute la suite de l'humanité, il veut voir dans l'expression «péché originel» la simple désignation de la condition pécheresse dans laquelle nous naissons. L'article critique cette position, car il y voit une négation du péché originel. Il défend la thèse d'un Adam métahistorique et d'un péché originel tous deux bien réel, mais situés hors de notre monde et de notre histoire.’Nouvelle Revue Théologique 110/6 (1988), p. 879-902.

Télécharger (PDF, 1.4Mo)