Définitions des formes de créationnisme, analyse les rapports du temps et de l’être, ensuite les options métaphysique en présence lorsque vienr le temps de juger de l’apport de la science à la métaphysique. Les 5 axes de la présentation sont : le créationnisme jeune terre ; le créationnisme vieille terre ; les « sciences de la création » ; le dessein intelligent, et la confusion entre commencement et origine. (UCL)...
Lire la suite

Les Mardis de l'Espace des Sciences avec Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France, Laboratoire de Paléoanthropologie et Préhistoire. Conférence du 25 mars 2008 en relation avec le livre Lucy et l'obscurantisme (Odile Jacob, avril 2007) ‘À partir de quelques exemples vécus et de données frappantes portant sur l'ampleur de la réaction créationniste dans le monde, mais aussi dans notre pays, qui se croit à tort protégé, on saisira mieux à quel point la rationalité et la pensée scientifique s'avèrent de moins en moins bien comprises et, pis encore, de plus en plus menacées.’ Niveau grand public. Pespective laïque. Durée 135 minutes....
Lire la suite

‘En 1907, Pie X, dans l'encyclique Pascendi dominici gregis, condamnait le modernisme,"synthèse de toutes les hérésies". Pendant tout le début du XXe siècle, la crise moderniste va empoisonner la vie de l'Église.’ Dans La Croix, 29 décembre 2007. Niveau grand public instruit. Pour lire, cliquer sur le titre de cet article....
Lire la suite



Le point commun de la majorité des approches occidentales de l'animal est de s'enfermer dans l'espace d'un faux dilemme, dans lequel on n'aurait le choix qu'entre deux positions opposées et exactement symétriques: la différence ontologique ou l'assimilation. Pour ceux qui adoptent la première attitude, il existe une différence de nature entre l'homme et l'animal, immédiatement repérable dans la biologie du premier. Pour ceux qui préfèrent l'assimilation, l'homme et l'animal sont superposables. L'animal devient alors un homme de paille, si l'on peut dire. L'humain n'est plus seulement un animal, mais un animal comme les autres. Les deux attitudes s'appuient sur de longues traditions philosophiques qui remontent jusqu'à l'Antiquité.' Dans Etudes N° 3931-2, juillet-août 2000, p. 37-47. Niveau grand public instruit. Texte consultable en ligne....
Lire la suite


Les progrès scientifiques nous ont montré que nous n'avions pas besoin de faire référence à Dieu pour expliquer le 'comment' de l'évolution de l'univers et de la vie. Mais confondre le comment avec " le pourquoi" serait une grave erreur. Ce n'est pas parce que l'on sait comment fonctionne la vie que l'on sait ce qu'est la vie. Notre époque a trop tendance à se complaire dans l'immanence et à oublier la transcendance. ...
Lire la suite

Conférence dans le cycle science et foi donné à la maison diocésaine du Bon Pasteur à Valence, le jeudi 28 janvier 2010. Lydia Jaeger (l’Institut Biblique de Nogent-sur-Marne) présente une perspective évangélique sur la création et le livre de la Genèse, ainsi que les diverses options interprétatives à l’intérieur du courant évangélique. 60 minutes. Niveau grand public instruit....
Lire la suite

‘Ernst Troeltsch, Adolf von Harnack, Alfred Loisy, Maurice Blondel, chacun à sa façon et sur la base d'une culture différente, ont cherché à pousser la méthode historique à reconnaître la vérité du christianisme. Cela entraînait au moins deux conséquences : que la religion s'en trouvait plus ou moins profondément modifiée ; que la méthode historique se doublait d'une philosophie de l'histoire, qui devait fournir le soubassement, le soutien herméneutique. Mais la menace, ou, si l'on veut, l'avertissement de Renan reste sur le fond de la discussion. Le monde a changé: les procès de rationalisation qui sont en cours dans toutes les sphères de la vie humaine et qui, vraisemblablement, seront poussé jusqu'au-bout, donnent une configuration particulière au monde moderne.’ Dans Revue de l'histoire des religions, tome 220 n°2, 2003. pp. 209-233. Niveau universitaire....
Lire la suite